Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Significations, implications, conditions...de la chahada cheikh Fawzân!

Publié le par عيس ا بو ا نس

    La signification des deux attestations, les erreurs qui y sont commises, leurs piliers et leurs conditions, leurs implications et leurs annulations.
Le grand savant érudit Sâlih bnou Fawzân bnou ‘Abdillah Al Fawzân
Membre du comité des grands savants d’Arabie Saoudite, membre du comité permanent de recherche scientifique et de l’ifta.


Premièrement : La signification des deux attestations :

La signification de l’attestation « lâ ilâha illa llah » est :

La conviction et la reconnaissance que rien n’a droit à l’adoration en dehors d’Allah, de se conformer à cela et de l’appliquer.

« Lâ ilâha » est la négation de l’adoration pour autre qu’Allah, qui qu’il soit. Et « illa llah » est l’affirmation du droit à l’adoration pour Allah seul, et la signification de cette parole est « Il n’y a pas de vrai adoré si ce n’est Allah. »

Quant-à la partie « Il n’y a pas », elle est impérativement rattachée à un attribut supposé être « vrai », et il n’est pas permis de supposer que cet attribut soit « existant » car cela contredirait la réalité : car il existe beaucoup de choses qui sont adorées en dehors d’Allah, cela impliquerait donc que l’adoration de toute ces choses soit l’adoration d’Allah, or cela est la plus fausse des faussetés et c’est la l’idéologie des adeptes de « wahdatoul woujoud »(1)qui sont les plus mécréants des habitants de la terre .


Cette parole fut interprétée par des interprétations fausses comme :

Que sa signification est : Il n’y a rien qui se fait adorer si ce n’est Allah, et cela est faux , car cela veut dire que tout ce qui se fait adorer de vrai ou de faux c’est Allah, comme nous venons de le dire juste à l’instant.

Que sa signification est : Il n’y a pas de créateur autre qu’Allah. Et cela n’est qu’une partie de la signification de cette parole, mais ce n’est pas le sens voulu, car cela n’affirme que le monothéisme dans la seigneurie et cela n’est pas suffisant, c’est celui qui est reconnu par les polythéistes.

Que sa signification est : Il n’y a pas de jugement si ce n’est celui d’Allah. Et cela n’est également qu’une partie de sa signification, et ce n’est pas le sens voulu et ce n’est pas suffisant car, si on fait l’unicité d’Allah dans le jugement uniquement, et qu’on invoque autre que Lui et qu’on dévie une adoration à autre que Lui, cela n’est pas monothéiste.

Et toutes ces interprétations sont fausses ou incomplètes, et nous mettons en garde contre car on les trouve dans certains livres qui sont en circulation.

L’interprétation correcte de cette phrase chez les prédéceseur et chez les vérificateurs est :

« Il n’y a pas de vrai adoré si ce n’est Allah » comme nous l’avons dit précédemment.


Quant-à la signification du témoignage que Mouhammad est le messager d’Allah :

C’est la reconnaissance intérieure et extérieure qu’il est le serviteur dévoué d’Allah et Son messager pour la totalité des êtres humains ; et la pratique de ce qui est impliqué par cela comme obéissance à ce qu’il ordonne, et de croire en ce qu’il informe, et de s’écarté de ce qu’il a interdit et réprimé, et qu’Allah ne soit adoré que d’après ce qu’il a légiféré.



Deuxièmement : Les piliers des deux attestations :

« Lâ ilâha illa llah » a deux piliers qui sont : La négation et l’affirmation.

Le premier pilier: La négation, « lâ ilâha » (il n’y a pas de divinité) annule tous les types de polythéisme, et implique la mécréance envers tout ce qui se fait adorer en dehors d’Allah.

Le deuxième pilier: L’affirmation, illa llah (si ce n’est Allah) affirme qu’il n’y a qu’Allah qui soit en droit d’être adoré, et cela implique la pratique de cela.

Et le sens de ces deux piliers sont venu dans de nombreux versets, comme par exemple, Sa parole ta‘âlâ :
(Donc , quiconque mécroit au tâghoût tandis qu’il croit en Allah saisit l’anse la plus solide, qui ne peut se briser. Et Allah est Audient et Omniscient.)
(Sourate 2, verset 256)

Sa parole Donc, quiconque mécroit au tâghoût signifie le premier pilier qui est « lâ ilâha » (il n’y a pas de divinité) et Sa parole tandis qu’il croit en Allah signifie le deuxième pilier « illa llah » (si ce n’est Allah).

Et aussi dans Sa parole au sujet d’Ibrâhim ‘alayhi sallâm
(26 . Et lorsqu’Abraham dit à son père et à son peuple: «Je désavoue totalement ce que vous adorez, 27. À l’exception de Celui qui m’a créé)
( Sourate 43 versets 26, 27)

Sa parole Je désavoue totalement ce que vous adorez signifie la négation dans le premier pilier, et Sa parole à l’exception de Celui qui m’a créé signifie l’affirmation dans le deuxième pilier.


Les piliers du témoignage que Mouhammad est le messager d’Allah

Il a deux piliers qui sont notre parole « Son dévoué et Son messager » (‘abdouhou wa rasoûlouh), qui nient l’exagération et la négligence dans son droit, salla llahou ‘alayhi wa sallam, il est donc le dévoué d’Allah et Son messager, et il est le plus parfait de la création dans ces deux nobles qualités. La signification du mot « dévoué » ici est : Le serviteur, adorateur, c’est-à-dire qu’il est un être humain créé de la même chose que les autres êtres humains, il lui arrive ce qu’il leurs arrive. Commr Allah ta'âlâ l'a dit:


( Dis: «Je suis en fait un être humain comme vous )
(sourate 18, verset 110)

et il s’acquitta salla llahou ‘alayhi wa sallam de son statut d’adorateur, et Allah lui en fit l’éloge, Allah dit:

(Allah ne suffit-Il pas à Son esclave (comme soutien ?) (Sourate 39, verset 36),
(Louange à Allah qui a fait descendre sur Son serviteur (Mouhammad) le Livre)
(sourate 18, verset 1),
(Gloire et Pureté à Celui qui de nuit, fit voyager Son serviteur (Mouammad), de la Mosquée Al-harām à la Mosquée Al-Aqsā)
(sourate 17, verset 1).


La signification de « Messager » (Rasoûl) est : l’envoyé vers la totalité des êtres humains avec la prêche (pour les appeler) à Allah, annonciateur et avertisseur.Et dans le fait de lui témoigner ses deux qualités, il y a la négation de l’exagération et de la négligence dans son droit salla llahou ‘alayhi wa sallam, car beaucoup de ceux qui se prétendent de sa communauté exagèrent dans son droit et agissent envers lui avec extrémisme, au point qu’ils l’élèvent du statut de serviteur dévoué au statut d’adoré en dehors d’Allah, en lui demandant nos besoins et en lui demandant de dissiper nos angoisses. Et une autre partie ont renié son message, et ont été négligents dans son suivit, en se basant sur leurs opinions et des propos qui s’opposent à ce avec quoi il est venu, et se sont égaré dans l’interprétation de ses annonces et jugements.



Troisièmement : les conditions des deux attestations :

Les conditions de « lâ ilâha illa llah. »

Il y a sept conditions impératives dans l’attestation qu’il n’y a de vraie divinité qu’Allah, qui ne profite pas à celui qui la prononce sans les rassembler, ces conditions sont, en résumé :

-La science, qui est le contraire de l’ignorance.

-La certitude, qui est le contraire du doute.

-L’acceptation, qui est le contraire du refus.

-La dévotion, qui est le contraire du délaissement.

-La pureté du culte, qui est le contraire du polythéisme.

-La sincérité, qui est le contraire du mensonge.

-L’amour, qui est le contraire de son opposé, qu’est la haine (détestation).

Et ces conditions de façon détaillées sont les suivantes :

La science, c’est à dire savoir sa signification, et ce que l’ont veut dire par elle, comme négation et affirmation, qui est le contraire de l’ignorance de cela.

Allah ta‘âlâ a dit :
(à l’exception de ceux qui auront témoigné de la vérité en pleine connaissance de cause.)
(Sourate 43, verset 86)

Cela veut dire : ceux qui auront témoigné qu’il n’y a de divinité qu’Allah en pleine connaissance de cause dans leurs cœurs de ce que prononcent leurs langues, car s’il la prononce sans savoir sa signification, cela ne lui est pas profitable, car il n’a pas conviction en ce qu’elle indique.

La certitude, de telle manière que celui qui la dit soit certain de ce qu’elle indique, car s’il la dit en doutant de ce qu’elle indique, cela ne lui est pas profitable.

Allah a dit :
( Les vrais croyants sont seulement ceux qui croient en Allah et en Son messager, qui par la suite ne doutent point)

(Sourate 49, verset 15)

S’il doutait, il serait alors un hypocrite. Et le prophète, salla llahou ‘alayhi wa sallam, a dit Annonce le paradis à quiconque tu rencontreras derrière ce mur, et qui atteste qu’il n’y a de divinité qu’Allah en en étant certain dans son cœur » (rapporté par Al Boukhârî)

L’acceptation de ce qu’implique cette parole comme adoration d’Allah unique, et l’abandon de l’adoration d’autre que Lui, car quiconque la dit sans accepter cela, et s’en s’y conformer, alors il est comme ceux sur qui Allah a dit
(Quand on leur disait: «Point de divinité à part Allah», ils se gonflaient d’orgueil, 36. et disaient: «Allons-nous abandonner nos divinités pour un poète fou?)
(Sourate 37, versets 35, 36)

Et cela est comparable au cas des adorateurs de tombes de nos jours, certes ils disent « Il n’y a de divinité qu’Allah » mais ils n’abandonnent pas l’adoration des tombes, ils n’acceptent donc pas la signification de « il n’y a de divinités qu’Allah ».

La dévotion à ce qu’indique cette parole, Allah a dit:
( Et quiconque soumet son être à Allah, tout en étant bienfaisant, s’accroche réellement à l’anse la plus ferme. )
(Sourate 31, verset 22)

L’anse la plus ferme, c’est « lâ ilâha illa llah. » La signification de Et quiconque soumet son être est : se dévoue à Allah en Lui rendant un culte pur.

La sincérité, et c’est le fait qu’il dise cette parole sincèrement dans son cœur, car s’il la dit de sa langue sans être sincère dans son cœur, c’est un hypocrite menteur, Allah ta‘âlâ a dit,.
(Parmi les gens, il y a ceux qui disent: «Nous croyons en Allah et au Jour dernier! tandis qu’en fait, ils n’y croient pas. 9. Ils cherchent à tromper Allah et les croyants; mais ils ne trompent qu’eux-mêmes, et ils ne s’en rendent pas compte. 10. Il y a dans leurs cœurs une maladie (de doute et d’hypocrisie), et Allah laisse croître leur maladie. Ils auront un châtiment douloureux, pour avoir menti. )
(Sourate 2, versets 8-10)

La pureté du culte, qui est le fait de purifier les actes de toutes les impuretés du polythéisme, de telle manière qu’il la prononce sans aucune convoitise pour ce bas monde, pas pour être vu par les gens, ni pour être entendu, en se basant sur le hadith authentique, du hadith de ‘Outbân : « Allah a certes interdit à l’enfer celui qui dit « lâ ilâha illa llah » ne désirant par cela que le visage d’Allah. » (Rapporté par Al Boukhârî et Mouslim.)

L’amour de cette parole, et de ce qu’elle indique, et pour ses adeptes pratiquants ce qu’elle implique, Allah ta‘âlâ a dit
( Parmi les hommes, il en est qui prennent, en dehors d’Allah, des égaux à Lui, en les aimant comme on aime Allah. Or les croyants sont les plus ardents en l’amour d’Allah.) (Sourate 2, verset 165.) Les adeptes de « lâ ilâha illa llah » aime Allah d’un amour pur, et les adeptes du polythéisme aiment Allah, et aiment autre que Lui avec Lui, et cela contredit l’implication de « il n’y a de divinité qu’Allah. »


Les conditions du témoignage que Mouhammad est le messager d’Allah sont :

-Reconnaître son message, et en avoir conviction intérieurement, dans son cœur.

-La prononcer, et le reconnaître extérieurement de sa langue.

-Le suivre en pratiquant ce qui est venu avec lui comme vérité, et en abandonnant ce qu’il a interdit comme faussetés.

-Le croire dans ce qu’il informe comme évènements inconnus du passé et du futur.

-L’aimer plus que soit-même, que les biens, les parents, les enfants, et toute l’humanité.

-Donner priorité à sa parole sur la parole de quiconque, et pratiquer sa sounnah.




Quatrièmement : Les implications des deux attestations :

a) Les implications de l’attestation qu’il n’y a de divinité qu’Allah : c’est l’abandon de l’adoration d’autre qu’Allah pour tout ce qui se fait adorer, ce qui est indiqué par la négation, qui est notre parole « il n’y a de divinité », et l’adoration d’Allah uniquement, sans Lui associer, qui est indiqué par l’affirmation qui est notre parole « illa llah », car beaucoup de ceux qui la prononcent s’opposent à ses implications, ils affirment la divinité qui est niées pour les créatures, les tombes, les choses visibles, les tawâghît(2), les arbres, les pierres.

Et ceux-là sont convaincus que le monothéisme est une hérésie, et ils blâment celui qui y prêche, et critiquent celui qui voue exclusivement son culte à Allah.

b) Les implications du témoignage que Mouhammad est le messager d’Allah : C’est de lui obéir dans ce qu’il ordonne, le croire dans ce qu’il informe, abandonner ce qu’il interdit, se contenter de pratiquer sa sounnah, et abandonner ce qui est autre que cela comme hérésies et nouveautés(3), et donner priorité à sa parole sur la parole de tout autre.



Cinquièmement : ce qui annule les deux attestations.

Ce sont les annulations de l’islam, car les deux attestations sont ce qui fait rentrer l’individu dans l’islam en les prononçant, et leur prononciation est la reconnaissance de ce qu’elles indiquent, s’y conformer et s’acquitter de ce qu’elles impliquent, et en appliquant les lois de l’islam. Lorsqu’il abandonne ce conformisme, il annule alors le pacte qu’il a fait en prononçant les deux attestations.

Les choses qui annulent l’islam sont nombreuses, et les savants de jurisprudence ont écrit des chapitres exclusivement réservés à cela dans leurs livres, qu’ils appellent « Chapitre de l’apostasie », et les plus importantes d’entre ces annulations sont au nombre de dix, qu’a cité Cheykh Al Islam Mouhammad bnou ‘Abdel wahhâb, qu’Allah lui fasse miséricorde, dans sa parole :



- La première : Le polythéisme dans l’adoration d’Allah ‘azza wa jalla.

Allah ta‘âlâ a dit :

( (
Certes Allah ne pardonne pas qu'on Lui associe. A part cela, Il pardonne à qui Il veut.)
(Sourate 4, verset 48)

et Allah dit

(Quiconque associe à Allah (d'autres divinités) Allah lui interdit le Paradis, et son refuge sera le Feu. Les injustes n’ont pas de secoureurs)
(sourate 5 verset 72)

Et cela comprend le fait d’égorger un animal en sacrifice pour un autre qu’Allah, comme par exemple celui qui sacrifierait pour un jinn ou un tombeau.

- La deuxième : Celui qui met des intermédiaires entre lui et Allah qu’il invoque, leur demande l’intercession, et en qui il place sa confiance, devient par cela mécréant selon l’unanimité.

- La troisième : Celui qui ne considère pas les polythéistes mécréants ou doute de leur mécréance ou authentifie leur doctrine, devient mécréant

- La quatrième : Celui qui a la conviction qu’une guidée, autre que celle du prophète –salla llahou ‘alayhi wa sallam- est plus parfaite que la sienne, ou qu’un jugement autre que le sien est meilleur, comme ceux qui préfèrent le jugement des tawâghît au jugement du messager, salla llahou ‘alayhi wa sallam, et préfèrent juger par les lois humaines que par les lois de l’islam.

- La cinquième : Celui qui déteste une chose venue du messager d’Allah est un mécréant, et même s’il la met en application.

- La sixième : Celui qui se moque d’une chose faisant partie de la religion, ou de la récompense d’Allah ou du châtiment est un mécréant, cela est prouvé par les versets
(Dis : Etait-ce d’Allah, de Ses versets et de Son messager que vous vous moquiez ? Ne vous excusez pas, vous êtes certes devenu mécréant après avoir cru)
(sourate 9 verset 65-66)

-La septième : La sorcellerie, qui inclut le Sarf et le ‘Atf, (afin qu’il ait pour but de faire ce qui écarte l’homme de l’amour envers sa femme, ou de faire ce qui la rend amoureuse de lui) celui qui la pratique ou l’agréée est un mécréant, et cela est prouvé par le verset
( mais ceux-ci n'enseignaient rien à personne, sans qu'ils n'aient dit d'abord: « Nous ne sommes rien qu'une tentation: ne sois pas mécréant ! )
(Sourate 2 verset 102)

- La huitième : Secourir les polythéistes et les aider contre les musulmans, cela est prouvé par le verset
(Ô croyants, ne prenez pas pour allié les juifs et les chrétiens, ils sont alliés les uns aux autres. Et quiconque d’entre vous les prend pour allié est alors un des leurs, certes Allah ne guide pas les gens injustes.) (Sourate 5 verset 51)
- La neuvième : Celui qui croit au fait que certaines personnes peuvent sortir de la législation islamique de Mouhammad le messager d’Allah , salla llahou ‘alayhi wa sallam, de la même manière qu’al Khadir pouvait sortir de la législation de Moûssâ (Moïse) ‘alayhi salâm, est un mécréant.

Et je dis : C’est ce que croient les extrémistes soufis, qu’ils atteignent des niveaux où ils n’ont pas besoin de suivre le messager salla llahou ‘alayhi wa sallam.

- La dixième : Se détourner de la religion d’Allah, ne pas l’apprendre ni la pratiquer, et cela est prouvé par les versets (Ceux qui ont mécru se détournent de ce dont ils ont été avertis. ) (Sourate 46, verset 3)(Qui est plus injuste que celui à qui les versets d'Allah sont rappelés et qui ensuite s'en détourne? Nous nous vengerons certes des criminels. ) (Sourate 32 verset 22)



Cheykh Mouhammad bnou ‘Abdel wahhâb, qu’Allah lui fasse miséricorde, a dit :

« Et il n’y a aucune différence concernant ces annulations de l’islam, entre celui qui les commet pour plaisanter, sérieusement ou par peur, seul celui qui y est contraint est excusé. Chacune de ces annulations fait partie des choses les plus dangereuses, et les plus commises. Il faut donc que le musulman y prenne garde et qu’il en ait peur pour lui-même. Nous cherchons protection auprès d’Allah contre les causes de Sa colère et la douleur de Son châtiment. »




Source : Le livre du grand savant Sâlih Al Fawzân : ‘aqîdatout-tawhîd, de la page 50 à la page 61, aux éditions Dâr Al ‘Âsima.