Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

leur origine.

Publié le par minhaj-sunnite

 

 

Qui est le gourou de cette secte qui a laudace de sidentifier à Ahlou Sounna wal Jamaa ?

 

 

Il s’appelle ‘Abdoullah El Harari, surnommé ‘Abdoullah El Habachi : c’est ‘Abdoullah ibn Mouhammad A-Chaïbi Al Harari (de la ville de harar en Ethiopie), il est né dans cette ville d’une tribut arabe se nommant A-chaïbani (de la tribut de Bani Chaïbah). Il ...y étudia la langue arabe ainsi que la jurisprudence (fiqh) ashfi’i chez le Cheikh Sa’id ibn ‘Abdir-rahman An-nouri le Cheikh Mouhammad Younous. Un peu plus tard, il quitta Harar pour aller à Joumah où il étudia chez Cheikh A-charif et c’est de là que commença son égarement et sa déviation du droit chemin du fait qu’il prêta allégeance à la secte soufi Tijaniya. Il se rendit ensuite à Dawy (région faisant partie d’Armou) où il étudia Sahih Al Boukhari et les science du Coran chez Al Haj Ahmad Al Kabir. Après son temps passé chez Al Haj Ahmad, il alla vers un village près de Dawy où il rencontra le Cheikh Moufti As-siraj (élève de Youssouf An-nabahani auteur du livre « Chwahid al haq fil istighathati bi sayidil Khalq ») qui lui enseigna le hadith. De là, il s’enfonça encore plus dans l’égarement où cette fois-ci c’est autour de la secte soufi Ar-rifa’iya qu’il prêta allégeance.

 

 

En 1969, c’est en Syrie puis au Liban qu’il se rendit. Ses adeptes disent qu’il s’y rendit en 1950, ce sans mentionner le fait qu’il fut la cause de grands troubles (FITNA) à l’encontre des associations musulmanes pour l’apprentissage du Coran. Il quitta l’Ethiopie pour se rendre au Liban où il fut bien accueilli. Mais ce, sans savoir qu’en réalité il c’était sauvé de son pays d’origine après avoir été la cause d’une grande discorde (la fitna de bilad Kouloub) à savoir : la fermetures d’écoles coraniques dans la ville de Harar en 1940 où il fit emprisonné vingt trois années durant le directeur de cette école Ibrahim Hassan dans une prison de Joury où il mourut.

 

 

Avec l’aide qu’il porta au gouvernement de Hilassi lassi, beaucoup de prêcheurs et cheikhs arrêtés et humiliés à tel point que nombre d’entre eux se sauvèrent en Égypte et en Arabie Saoudite. C’est pour cette raison que les gens de Harar le surnommèrent « El Fatane » (le grand semeur de troubles) ou « Cheikh Al fitna ».

 

 

Depuis son arrivée au Liban, il œuvre dans la propagation de la haine, de la rancœur et des troubles comme il l’a fait dans son propre pays. Tout ceci en enseignant sa mauvaise croyance (‘aqida) remplie de chirk (polythéisme) et ce en ventant des sectes égarées comme : Al jahmiya dans les attributs d’Allah, Al irja, Al jabr, Al batinita, le soufisme, le chiisme, l’insulte des sahabas (les compagnons qu’Allah les agrés), l’accusation à l’encontre de la mère des croyants (Aïcha qu’Allah l’agrée) comme quoi elle ne se serait pas soumise à l’ordre d’Allah et aussi les fatwas dangereuses et égarées.

 

 

 

Malgré tout cela, Al Habachi a réussit à endoctriner un nombre important de personnes de toutes catégories sociales confondues qui lui sont entièrement dévouées. Pour les Habaches, le musulmans est seulement celui qui embrasse en toute sincérité la croyance de leur cheikh avec tôt ce qui s’y trouve comme égarement. Ils vont même jusqu’à faire du porte à porte et mettent tout en oeuvre pour que les gens apprennent la croyance de leur cheikh Al Habachi en distribuant gratuitement ses livres.

 

 

Le deuxième personnage aussi important que leur cheikh mais qui ne l’est plus, car il fut assassiné fin août 1995 (rabi’ At-Thani 1416 H) était Nazzar El Halabi qui devait succéder à Al Habachi était président de l’association des projets de bienfaisance islamique, ils l’appelaient : « son excellence le cheikh » car ils le préparaient au poste de Moufti du Liban, on pouvait lire sur les mûrs des rues : « Non au moufti mécréant Hassan Khalid, oui au moufti Nazzar Al Halabi ».

 

 

Les Habaches ont d’autres représentants comme le député ‘Adnane Traboulsi, Taha Naji (qui s’était présenté aux élections et qui eut 1700 voix dont la majorité provenant de la communauté chrétienne à qui il a promis d’en terminer avec le courant islamique, mais en vain puisqu’il perdit), HoussamAd-dinn Qaraqira actuel président de l’association des projets de bienfaisance islamique, Kamal Al Hout, Imadoud-dine Hidar et ‘Abdoullah Al Baroudi, ces trois derniers supervisèrent le matériel des recherches et des manuscrits comme « Al mouas-sassa at-thaqafiya lil khadamat » et « Markaz al abhath wal khadamat ». Ils ont commencer à revoir et à annoter les livres du patrimoine mais d’une manière Jahmiya et Ach’ariya, aussi parfois dans leur travail, ils renvoient à des noms de personnes non connues chez les savants comme par exemple : « Al hafidh Al ‘Abdiri dit dans son livre Ad-dalil », ainsi en faisant cela, ils font croire que Al hafidh fait partit des grands savants connus comme Al hafidh ibn Hajar ou Al hafidh An-nawawi, mais en réalité ce n’est là qu’une façon détournée de créditer leur cheikh et son livre « Ad-dalil al qawim »...

 

 

Pour plus d'informations sur cette secte

 

http://www.habache.online.fr/

 

 

Que pense lIslam de la communauté Ahbache qui vient de faire son apparition ? Quelle doit être notre attitude à leur égard ? Quelles sont leurs erreurs en ce qui concerne la Croyance ?

 

 

Fatwa du Comité Permanent de l'Ifta 12/223

 

 

Louange à Allah, l’Unique. Que la bénédiction et salut soient sur l’ultime prophète, sur sa famille et ses compagnons. La Commission permanente des Recherches Scientifiques et des fatawa a reçu des questions et des demandes d’éclaircissements à propos de la Communauté Ahbache du Liban et de leur chef appelé ‘Abd Allah al-Habachi.

 

 

Cette communauté gère des associations actives dans certains pays d’Europe, d’Amérique et en Australie. La Commission a étudié les livres et articles de cette communauté qui en expliquent les croyances, la pensée et le contenu de l’appel. A l’issue de leur examen bien réfléchi, la Commission explique aux musulmans ce qui suit :

 

 

Premièrement, il a été rapporté de façon sûre dans les Deux Sahih d’après un hadith d’Ibn Mas’oud que le Prophète (bénédiction et salut d’Allah sur lui) a dit : « La meilleure génération est la mienne puis celle qui la suit puis celle qui la suit ». Le hadith est rapporté en d’autres termes. Le Prophète (bénédiction et salut d’Allah sur lui) a dit : « Je vous recommande de craindre Allah et d’écouter et obéir, même si vous êtes commandés par un esclave. En réalité, celui d’entre vous qui vivra après moi verra une divergence de vues. Restez donc attachés à ma Sounnah, à celle des califes bien guidés après moi. Mordez-y à pleine dents ( lit : par vos molaires). Evitez les pratiques innovées car toute innovation (en islam) constitue un égarement ». (Rapporté par Ahmad, Abou Dawoud et at-Tirmidhi qui le déclare : bon et authentique).

 

 

Parmi les meilleures vertus caractéristiques de ces générations préférées qui leur ont permis de surpasser tous les hommes figure leur application du Livre et de la Sounnah dans toutes les affaires, leur préférence de ces deux sources à toute autre parole, d’où qu’elle vienne, leur compréhension de toutes les affaires, notamment les deux nobles révélations, sur la base des règles religieuses et linguistiques, leur déduction des dispositions de la loi religieuse, aussi bien dans ses aspects globaux que dans ses détails, et leur étude des textes ambigus à la lumière des textes précis. C’est pourquoi ils s’étaient conformés à la loi religieuse, l’avaient appliquée, s’y étaient accrochés et n’y avaient ajouté ni diminué. Comment auraient-ils augmenté ou diminué la religion alors qu’ils étaient accrochés au texte immuable et bien protégé contre l’erreur et les faux jugements ?

 

 

Deuxièmement, leur ont succédé des gens au sein desquels proliférèrent innovations et pratiques décriées [puisque] chacun s’en tenait à ses propres opinions et les textes religieux avaient été abandonnés, interprétés et altérés dans le dessein de les conformer aux passions et penchants (individuels). C’est alors qu’ils se sont opposés au Messager honnête et ont suivi un chemin autre que celui des croyants. Or Allah le Transcendant dit :

 

وَمَن يُشَاقِقِ الرَّسُولَ مِن بَعْدِ مَا تَبَيَّنَ لَهُ الْهُدَى وَيَتَّبِعْ غَيْرَ سَبِيلِ الْمُؤْمِنِينَ نُوَلِّهِ مَا تَوَلَّى وَنُصْلِهِ جَهَنَّمَ وَسَاءتْ مَصِيرًا

 

« Et quiconque fait scission d' avec le Messager, après que le droit chemin lui est apparu et suit un sentier autre que celui des croyants, alors Nous le laisserons comme il s’est détourné, et le brûlerons dans l’Enfer. Et quelle mauvaise destination! » (Coran, 4 :115 ).

 

 

L’une des manifestations de la grâce divine accordée à cette Oumma réside dans la mise à sa disposition, à chaque époque, d’Oulamas imbus de science qui se dressent devant toute innovation visant à défigurer la religion, à altérer sa pureté et à chercher à se substituer à la Sounnah après l’avoir éradiquée. C’est une concrétisation de la promesse d’Allah concernant la préservation de Sa religion et Sa loi, promesse exprimée dans cette parole du Transcendant :

 

إِنَّا نَحْنُ نَزَّلْنَا الذِّكْرَ وَإِنَّا لَهُ لَحَافِظُونَ

 

« En vérité c’est Nous qui avons fait descendre le Coran, et c’est Nous qui en sommes gardien. » (Coran, 15 : 9)

 

 

 

Dans le même ordre d’idées, le Prophète (bénédiction et salut d’Allah sur lui) dit dans un hadith sûr rapporté dans les recueils authentiques du hadith, dans les Sounan et dans les Mousnad et ailleurs : « Une faction de ma communauté restera toujours fidèle à l’ordre d’Allah le Puissant et Majestueux. Celui qui les délaissera ou les contredira ne les nuira point jusqu’à la venue de l’ordre d’Allah qui les trouvera victorieux sur les gens ».

Le hadith a été rapporté en d’autres termes.

 

 

Troisièmement, au cours du dernier quart du 14e siècle de l’Hégire apparut une communauté dirigée par ‘Abd Allah al-Habachi qui avait quitté l’Abyssine pour la Syrie animé d’idées aberrantes. Au bout de plusieurs pérégrinations en Syrie, il s’est installé au Liban et s’est mis à prêcher pour sa voie. Il a eu de nombreux adeptes et a pu vulgariser ses pensées. Celles-ci sont un mélange de croyances djahmites, mou’tazilites, tombolâtres et soufies. Il a fait preuve de parti pris dans ses idées et a engagé des débats pour les soutenir. Il a fait imprimer des livres et des journaux pour sa propagande.

 

 

Celui qui regarde les écrits et publications de cette communauté se rend à l’évidence qu’elle s’écarte par ses croyances de l’ensemble des musulmans (l’ensemble de la communauté des sunnites). Parmi leurs fausses croyances figure à titre d’exemples non limitatifs ce qui suit :

 

 

1) Ils suivent en matière de credo, la doctrine incriminée des partisans de l’ajournement (irdja : ceux qui soutiennent que les actes ne font parti de la foi. )

 

 

Il est bien connu que la foi des musulmans vécue par les Compagnons, par leurs successeurs et par ceux qui ont suivi leurs traces jusqu’à nos jours comporte une parole, une adhésion intime et des actes. La croyance doit se concrétiser par la soumission à la loi purifiée. Autrement, la croyance prétendue est fausse.

 

 

De nombreuses citations reçues des ancêtres pieux établissent cette foi. En font partie ces paroles de l’imam Ach Chafii (Qu’Allah lui fasse miséricorde) : « Le consensus établi au sein des Compagnons, de leurs successeurs, des générations postérieures, y compris nos contemporains, leur faisait dire : « La croyance consiste en paroles, en actes et en intentions. Et aucune de ces trois éléments ne peut suffir en l’absence d’un autre. »

 

 

2) Ils (les membres de la Communauté Ahbache) autorisent que les demandes de secours et de protection soient adressées aux morts et admettent l’invocation de ceux-ci en dehors d’Allah le Très Haut. Or ceci est un chirk (polythéisme) majeur selon le texte du Coran, la Sounna et le consensus des musulmans. Ce chirk constitue la religion des premiers polythéistes issus des milieux des mécréants qouraychites et d’autres. C’est pourquoi le Transcendant dit à leur sujet :

 

وَيَعْبُدُونَ مِن دُونِ اللّهِ مَا لاَ يَضُرُّهُمْ وَلاَ يَنفَعُهُمْ وَيَقُولُونَ هَـؤُلاء شُفَعَاؤُنَا عِندَ اللّهِ قُلْ أَتُنَبِّئُونَ اللّهَ بِمَا لاَ يَعْلَمُ فِي السَّمَاوَاتِ وَلاَ فِي الأَرْضِ سُبْحَانَهُ وَتَعَالَى عَمَّا يُشْرِكُونَ

 

« Ils adorent au lieu d'Allah ce qui ne peut ni leur nuire ni leur profiter et disent: "Ceux-ci sont nos intercesseurs auprès d'Allah". Dis: "Informerez- vous Allah de ce qu’Il ne connaît pas dans les cieux et sur la terre?" Pureté à Lui, Il est Très élevé au-dessus de ce qu’Ils Lui associent! » (Coran ,10 :18) et :

 

إِنَّا أَنزَلْنَا إِلَيْكَ الْكِتَابَ بِالْحَقِّ فَاعْبُدِ اللَّهَ مُخْلِصًا لَّهُ الدِّينَ {2}

 

أَلَا لِلَّهِ الدِّينُ الْخَالِصُ وَالَّذِينَ اتَّخَذُوا مِن دُونِهِ أَوْلِيَاء مَا نَعْبُدُهُمْ إِلَّا لِيُقَرِّبُونَا إِلَى اللَّهِ زُلْفَى إِنَّ اللَّهَ يَحْكُمُ بَيْنَهُمْ فِي مَا هُمْ فِيهِ يَخْتَلِفُونَ إِنَّ اللَّهَ لَا يَهْدِي مَنْ هُوَ كَاذِبٌ كَفَّارٌ {3}

 

 

« Adore donc Allah en Lui vouant un culte exclusif. C’est à Allah qu’appartient la religion pure. Tandis que ceux qui prennent des protecteurs en dehors de Lui (disent): "Nous ne les adorons que pour qu’ils nous rapprochent davantage d’Allah". En vérité, Allah jugera parmi eux sur ce en quoi ils divergent. Allah ne guide pas celui qui est menteur et grand ingrat. » (Coran, 39 : 2-3) et :

 

قُلْ مَن يُنَجِّيكُم مِّن ظُلُمَاتِ الْبَرِّ وَالْبَحْرِ تَدْعُونَهُ تَضَرُّعاً وَخُفْيَةً لَّئِنْ أَنجَانَا مِنْ هَـذِهِ لَنَكُونَنَّ مِنَ الشَّاكِرِينَ {63}

 

قُلِ اللّهُ يُنَجِّيكُم مِّنْهَا وَمِن كُلِّ كَرْبٍ ثُمَّ أَنتُمْ تُشْرِكُونَ {64}

 

« Dis: "Qui vous délivre des ténèbres de la terre et de la mer?" Vous l’invoquez humblement et en secret: "S’Il nous délivre de ceci, nous serons du nombre des reconnaissants. Dis: "C’est Allah qui vous en délivre ainsi que de toute angoisse. Pourtant, vous Lui donnez des associés". » (Coran, 6 : 63-64) et :

 

وَأَنَّ الْمَسَاجِدَ لِلَّهِ فَلَا تَدْعُوا مَعَ اللَّهِ أَحَدًا

 

« Les mosquées sont consacrées à Allah: n'invoquez donc personne avec Allah. » (Coran, 72 ; 18) et :

 

يُولِجُ اللَّيْلَ فِي النَّهَارِ وَيُولِجُ النَّهَارَ فِي اللَّيْلِ وَسَخَّرَ الشَّمْسَ وَالْقَمَرَ كُلٌّ يَجْرِي لِأَجَلٍ مُّسَمًّى ذَلِكُمُ اللَّهُ رَبُّكُمْ لَهُ الْمُلْكُ وَالَّذِينَ تَدْعُونَ مِن دُونِهِ مَا يَمْلِكُونَ مِن قِطْمِيرٍ {13}

 

إِن تَدْعُوهُمْ لَا يَسْمَعُوا دُعَاءكُمْ وَلَوْ سَمِعُوا مَا اسْتَجَابُوا لَكُمْ وَيَوْمَ الْقِيَامَةِ يَكْفُرُونَ بِشِرْكِكُمْ وَلَا يُنَبِّئُكَ مِثْلُ خَبِيرٍ {14}

 

« Tel est Allah, votre Seigneur: à Lui appartient la royauté, tandis que ceux que vous invoquez, en dehors de Lui, ne sont même pas maîtres de la pellicule d'un noyau de datte. Si vous les invoquez, ils n’entendent pas votre invocation; et même s’ils entendaient, ils ne sauraient vous répondre. Et le jour du Jugement ils vont nier votre association. Nul ne peut te donner des nouvelles comme Celui qui est parfaitement informé. » (Coran, 35 :13-14 ).

 

 

Le Prophète (bénédiction et salut d’Allah sur lui) a dit : «l’invocation est l’adoration » (cité par les auteurs de Sounan grâce à une chaîne de rapporteurs sûre). Les versets et hadith allant dans ce sens sont nombreux. Ils indiquent que les premiers polythéistes savaient qu’Allah était le Créateur, le Pourvoyeur de subsistance, l’Utile et le Nuisant. Ils n’adoraient leurs divinités que pour qu’elles intercèdent en leur faveur auprès d’Allah et les rapprochent intimement à Lui. Allah les a déclarés mécréants pour cela et les a jugés polythéistes et donné à Son Prophète (bénédiction et salut d’Allah sur lui) l’ordre de les combattre jusqu’à ce que le culte soit exclusivement réservé à Allah l’Unique, conformément à ces propos du Transcendant :

 

وَقَاتِلُوهُمْ حَتَّى لاَ تَكُونَ فِتْنَةٌ وَيَكُونَ الدِّينُ كُلُّهُ لِلّه فَإِنِ انتَهَوْاْ فَإِنَّ اللّهَ بِمَا يَعْمَلُونَ بَصِيرٌ

 

«Et combattez- les jusqu'à ce qu’il ne subsiste plus d’association, et que la religion soit entièrement à Allah. Puis, s’ils cessent (ils seront pardonnés car) Allah observe bien ce qu’ils œuvrent. » (Coran, 8 :39 ).

 

 

Les Oulamas ont rédigé de nombreux ouvrages sur ce sujet et expliqué clairement la réalité de l’islam pour lequel Allah a envoyé Ses messagers et révélé Ses livres. Ils ont expliqué que la religion des hommes de l’époque anté-islamique, leurs croyances et leurs actes étaient contraires à la loi d’Allah. Cheikh al-Islam, Ibn Taymiyya (Qu’Allah fasse miséricorde) est l’un des meilleurs auteurs ayant consacré de nombreux ouvrages à ce sujet. Un de ses plus brefs ouvrages est intitulé : qua’idatoun djaliyya fi at-tawassoul wa al-wassila (règle claire régissant la demande d’intercession et le moyen d’intercéder).

 

 

3) Pour eux, le Coran n’est pas réellement la parole d’Allah. Il est connu que le Coran, la Sounnah et le consensus des Musulmans précisent qu’Allah parle quand Il veut et de la manière qui convienne à Sa majesté transcendante et que le saint Coran est réellement la parole d’Allah ; il l’est aussi bien en ses lettres qu’en ses sens. C’est à ce propos que le Très Haut dit :

 

وَإِنْ أَحَدٌ مِّنَ الْمُشْرِكِينَ اسْتَجَارَكَ فَأَجِرْهُ حَتَّى يَسْمَعَ كَلاَمَ اللّهِ ثُمَّ أَبْلِغْهُ مَأْمَنَهُ ذَلِكَ بِأَنَّهُمْ قَوْمٌ لاَّ يَعْلَمُونَ

 

« Et si l' un des associateurs te demande asile, accorde- le lui, afin qu' il entende la parole d' Allah. » (Coran, 9 :6 ) et :

 

وَرُسُلاً قَدْ قَصَصْنَاهُمْ عَلَيْكَ مِن قَبْلُ وَرُسُلاً لَّمْ نَقْصُصْهُمْ عَلَيْكَ وَكَلَّمَ اللّهُ مُوسَى تَكْلِيمًا

 

«Allah a parlé à Moïse de vive voix - » (Coran, 4 :164 ) et :

 

وَتَمَّتْ كَلِمَتُ رَبِّكَ صِدْقًا وَعَدْلاً لاَّ مُبَدِّلِ لِكَلِمَاتِهِ وَهُوَ السَّمِيعُ الْعَلِيمُ

 

«Et la parole de ton Seigneur s’est accomplie en toute vérité et équité. Nul ne peut modifier Ses paroles. Il est l’Audient, l’Omniscient.. » (Coran, 6 :115 ) et :

 

أَفَتَطْمَعُونَ أَن يُؤْمِنُواْ لَكُمْ وَقَدْ كَانَ فَرِيقٌ مِّنْهُمْ يَسْمَعُونَ كَلاَمَ اللّهِ ثُمَّ يُحَرِّفُونَهُ مِن بَعْدِ مَا عَقَلُوهُ وَهُمْ يَعْلَمُونَ

 

« un groupe d' entre eux; Après avoir entendu et compris la parole d'Allah, la falsifièrent sciemment. » (Coran, 2 : 75) et :

 

سَيَقُولُ الْمُخَلَّفُونَ إِذَا انطَلَقْتُمْ إِلَى مَغَانِمَ لِتَأْخُذُوهَا ذَرُونَا نَتَّبِعْكُمْ يُرِيدُونَ أَن يُبَدِّلُوا كَلَامَ اللَّهِ قُل لَّن تَتَّبِعُونَا كَذَلِكُمْ قَالَ اللَّهُ مِن قَبْلُ فَسَيَقُولُونَ بَلْ تَحْسُدُونَنَا بَلْ كَانُوا لَا يَفْقَهُونَ إِلَّا قَلِيلًا

 

« Ils voudraient changer la parole d’Allah. Dis: "Jamais vous ne nous suivrez : ainsi Allah a déjà annoncé".» (Coran, 48 :15 ). Les versets qui abondent dans ces sens sont nombreux et bien connus. Il a été rapporté par des voies concordantes d’après les ancêtres pieux avaient adopté ce credo tel que les textes du Coran et de la Sounnah l’ont précisé. Gratitude et louange reviennent à Allah.

 

 

4) Ils pensent que les textes du Coran et de la Sounnah relatifs aux attributs d’Allah le Majestueux et Très Haut doivent être interprétés [allégoriquement]. Or ceci est contraire au consensus des musulmans établi depuis l’époque des Compagnons et leurs successeurs et maintenu par ceux qui ont suivi leur voie jusqu’à nos jours. En effet, tous ceux-là croient en la nécessité d’adhérer au sens apparent des textes relatifs aux noms et attributs d’Allah sans les modifier, sans les vider de leur sens, sans en déterminer la modalité et sans les assimiler [à ceux des autres]. Bien plus, ils croyaient que rien n’était comme Allah, l’Audiant, le Voyant. Ils ne niaient pas la description qu’Il a faite de Lui-même ; ils ne détournent pas Ses paroles de leurs sens ; ils n’altèrent pas la signification de Ses noms et versets ; ils n’en déterminent pas les modalités ni n’assimilent Ses attributs à ceux de Sa créature. En effet, Il n’a ni homonyme, ni égal ni pareil.

 

 

 

L’imam ach-Chafii (Puisse Allah le Très Haut lui accorder Sa miséricorde) a dit : « J’ai cru en Allah et ce qui a été rapporté d’Allah selon le sens voulu par Allah, et je crois au Messager d’Allah (bénédiction et salut d’Allah sur lui) et ce qui a été reçu de lui selon le sens que le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) lui a donné ».

 

 

 

L’imam Ahmad (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit : « Nous y croyons et y adhérons et nous ne rejetons rien de la part du Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) et nous ne faisons d’Allah aucune description de plus que celle qu’Il a faite de Lui-même. »

 

 

5) Leurs fausses croyances impliquent la négation de la transcendance d’Allah par rapport à Sa créature. Le credo des musulmans est corroboré par des versets du saint Coran, par des hadith prophétiques, par la saine nature et par la raison pure. C’est qu’Allah le Majestueux est au-dessus de Sa créature, installé sur Son trône, et rien des affaires de Ses fidèles serviteurs ne lui est caché. Allah le Très Haut dit à sept endroits de Son livre :

 

مَن كَانَ يُرِيدُ الْعِزَّةَ فَلِلَّهِ الْعِزَّةُ جَمِيعًا إِلَيْهِ يَصْعَدُ الْكَلِمُ الطَّيِّبُ وَالْعَمَلُ الصَّالِحُ يَرْفَعُهُ وَالَّذِينَ يَمْكُرُونَ السَّيِّئَاتِ لَهُمْ عَذَابٌ شَدِيدٌ وَمَكْرُ أُوْلَئِكَ هُوَ يَبُورُ

 

« Vers Lui monte la bonne parole, et Il élève haut la bonne action.. » (Coran, 35 :10) et :  

 

وَلِلّهِ يَسْجُدُ مَا فِي السَّمَاوَاتِ وَمَا فِي الأَرْضِ مِن دَآبَّةٍ وَالْمَلآئِكَةُ وَهُمْ لاَ يَسْتَكْبِرُونَ

 

« Il est l’Auguste, l’Incommensurable » et : « Gloire à ton Maître le Sublime » et « Et c’est devant Allah que se prosterne tout être vivant dans les cieux, et sur la terre ; Ainsi que les Anges qui ne s’enflent pas d’orgueil. » (Coran, 16 : 49) entre autres saints versets.

 

 

De nombreux hadith authentiques ont été rapportés de façon sûre d’après le Prophète (bénédiction et salut d’Allah sur lui). Parmi ces hadith figure celui qui comporte le célèbre récit de l’Ascension nocturne [du Prophète] au cours de laquelle il traversa les cieux l’un après l’autre au point d’arriver auprès de son Maître, le Très Haut. Celui-ci l’appela, le rapprocha et lui prescrivit 50 prières. Et puis il ne cessait d’aller à Son Maître et de revenir à Moïse. Il montait vers son Maître et redescendait à Moïse. Celui-ci lui demandait à chaque fois [ce qu’il avait obtenu]. Quand il avait répondu, Moïse lui disait : retourne à ton Maître et demande Lui un allégement. Il remontait à son Maître et lui demandait un allégement. En fait partie également ce hadith rapporté dans les Deux Sahih d’après Abou Hourayra, selon lequel le Messager d’Allah (bénédiction et salut d’Allah sur lui) a dit : « Après avoir créé la créature, Allah a écrit dans un livre conservé auprès de Lui, au-dessus de la Trône : « Certes, ma miséricorde a précédé ma colère ». Il est encore rapporté dans les Deux Sahih d’après un hadith d’Abou Saïd al-Khoudri que le Prophète (bénédiction et salut d’Allah sur lui) a dit : « Ne me faites vous pas confiance alors que je jouis de la confiance de Celui qui est dans le Ciel ? ».

 

 

Selon le Sahih d’Ibn Khouzayma et les Sunan d’Abou Dawoud, le Prophète (bénédiction et salut d’Allah sur lui) a dit : « le Trône est sur l’eau et Allah est sur le Trône, et Il sait comment vous êtes ». Le Sahih de Mouslim et d’autres sources ont rapporté le récit de l’esclave à laquelle le Prophète (bénédiction et salut d’Allah sur lui) avait dit : « où est Allah ? » – « Il est dans le ciel. » – « Qui suis-je ? » – « Tu es le Messager d’Allah. » – « Libère-la car elle est croyante ».

 

 

C’est cette foi pure qui a été conservée par les musulmans : les Compagnons, leurs successeurs immédiats et ceux qui les auront bien suivis jusqu’à nos jours. Allah soit loué.

 

 

Vu l’importance de cette question et l’immense quantité de ses arguments qui dépassent mille, des détenteurs de la science lui ont consacré des ouvrages tels « al-oulouw til Aliy al-Ghaffar » (la transcendance revient au Transcendant, le Pardonneur) par al-Hafiz, Abou ‘Abd ‘Allah adh-Dhahabi et « Idjtima al-djouyoush al-islamiyya (la coalition des armées islamiques).

 

 

1) Ils dénigrent certains compagnons du Prophète (bénédiction et salut d’Allah sur lui). C’est ainsi qu’ils traitent Mouawia de pervers. A cet égard, ils sont assimilables aux Rafidites (Puisse Allah les rendre laids !). Or le devoir des musulmans est de s’abstenir d’évoquer les différends ayant opposé les Compagnons, d’en préserver la langue tout en les croyant méritants et distingués en raison de leur accompagnement du Messager (bénédiction et salut d’Allah sur lui). Il a été rapporté de façon sûre que le Prophète (bénédiction et salut d’Allah sur lui) a dit : « N’insultez pas mes Compagnons car, même si l’un de vous dépensait l’équivalent d’Ouhoud en or, il ne réaliserait ni la moitié ni le quart de leurs actions (mudd et nassif = mesures anciennes) (rapporté par al-Boukhari et Mouslim). Le Très Haut et Majestueux dit :

 

وَالَّذِينَ جَاؤُوا مِن بَعْدِهِمْ يَقُولُونَ رَبَّنَا اغْفِرْ لَنَا وَلِإِخْوَانِنَا الَّذِينَ سَبَقُونَا بِالْإِيمَانِ وَلَا تَجْعَلْ فِي قُلُوبِنَا غِلًّا لِّلَّذِينَ آمَنُوا رَبَّنَا إِنَّكَ رَؤُوفٌ رَّحِيمٌ

 

« Et (il appartient également) à ceux qui sont venus après eux en disant: "Seigneur, pardonne- nous, ainsi qu’à nos frères qui nous ont précédés dans la foi; et ne mets dans nos cœurs aucune rancœur pour ceux qui ont cru. Seigneur, Tu es Compatissant et Très Miséricordieux". » (Coran, 59 : 10).

 

 

Cette foi saine dans les Compagnons du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a toujours été celle de la Communauté des Partisans de la Sunna. L’imam Abou Djafar at-Tabari (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit dans le cadre de son explication du crédo de la Communauté des Partisans de la Sounnah : « Nous aimons les Compagnons du Messager d’Allah (bénédiction et salut d’Allah sur lui), mais nous n’exagérions pas notre amour pour eux. Nous ne désavouons aucun d’eux, et nous détestons celui qui les déteste et les médit, et nous ne disons d’eux que du bien. Les aimer fait partie de la religion, des croyances et de la bienfaisance. Les haïr est une mécréance, une hypocrisie et une tyrannie ».

 

 

Quatrièmement, l’une des critiques faites à cette communauté consiste dans l’irrégularité de ses fatwa (avis religieux) et leur non-conformité aux textes religieux puisés dans le Coran et la Sounnah.

 

 

Voici quelques exemples : ils autorisent la pratique des jeux de hasard avec les mécréants pour s’emparer de leurs biens. Ils autorisent le vol de leurs produits agricoles et leurs animaux, pourvu que le vol n’entraîne pas de troubles. Ils permettent encore la pratique de l’usure avec les mécréants et l’usage en cas de besoin des billets de loterie pourtant prohibés.

 

 

Parmi leurs flagrantes violations [des textes] la permission de regarder une femme étrangère dans un miroir ou à l’écran, même si cela suscite le désir (sexuel). En outre, ils déclarent que le maintien du regard porté sur une femme étrangère n’est pas prohibé et que le fait pour l’homme de regarder une partie du corps d’une femme qui ne lui appartient pas n’est pas interdit et que la sortie de chez elles de femmes bien parées et parfumées et animées de la volonté de séduire les hommes n’est pas interdit. Ils admettent le contact direct entre les hommes et les femmes, entre autres avis irréguliers et maladroits parce que contraires à la Charia et consistant pratiquement à déclarer choses licites des pratiques qui relèvent des péchés majeurs.

 

 

Nous demandons à Allah de nous protéger contre les causes de Son courroux et de Son châtiment.

 

 

Cinquièmement, ils emploient des méthodes grossières pour éloigner les gens des Oulamas bien confirmés de la Oumma, pour les empêcher de bien accueillir leurs ouvrages et accepter leurs enseignements. Ils les insultent et les sous-estiment. Pire, ils les déclarent mécréants. A la tête des Oulamas ainsi traités se trouvent l’imam, le rénovateur, Cheikh al-islam, Aboul Abbas Ahmad ibn ‘Abd al-Halim ibn Abd Salam Ibn Taymiyya (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde). Le dénommé ‘Abd Allah al-Habashi est allé jusqu’à écrire un livre consacré à cet imam réformateur. Il l’y traite d’égaré et de dévoyé et lui fait dire ce qu’il n’a pas dit ; il lui attribue des mensonges. C’est à Allah qu’il rendra compte. Car c’est auprès de Lui que les adversaires finiront par se rassembler.

 

 

Ils dénigrent aussi l’imam, le rénovateur, Cheikh Mouhammad ibn ‘Abd al-Wahhab (Puisse Allah le Très Haut lui accorder Sa miséricorde) et critique son appel à la réforme lancé à partir du cœur de la péninsule arabique. [Pourtant, il ne fit] qu’appeler au retour à la foi pure en l’unicité absolue d’Allah le Très Haut, à l’abandon du polythéisme, au respect des textes du Coran et de la Sounnah et leur application, à la restauration des pratiques enseignées par la Sounnah et à l’éradication des innovations. Grâce à Lui, Allah a redonné vie à des pratiques marquantes de la religion qui avaient disparu et fait disparaître bon nombre d’innovations et pratiques inventées. Par la grâce d’Allah, les effets de cet appel se sont répandus dans toutes les contrées du monde musulman, car Allah en a fait le moyen de ramener de nombreuses personnes vers la voie droite.

 

 

Cette communauté égarée n’avait d’autre chose à faire que d’orienter ses flèches vers cet appel sunnite (orthodoxe) et son auteur. C’est ainsi qu’elle a fabriqué un tissu de mensonges, suscité des doutes (ambiguïtés) et nié qu’il s’agisse d’un appel clair au retour au Livre et à la Sunna. Elle se comporte ainsi pour éloigner les gens de la vérité et les dissuader de suivre le chemin droit. Puisse Allah nous en protéger !

 

 

La haine que cette communauté nourrit à l’égard de cette élite bénie issue des Oulamas de la Oumma révèle ce que leurs cœurs renferment en fait d’envie et de jalousie envers toute personne qui prône l’unicité absolue d’Allah le Très Haut et se veut fidèle aux croyances et pratiques des meilleures générations (musulmanes). Cette haine montre aussi que les membres de la communauté sont bien à l’écart de la réalité et de l’essence de l’Islam.

 

 

Sixièmement, sur la base de ce qui a été mentionné précédemment et compte tenu d’autres (considérations) non mentionnées, la Commission stipule ce qui suit :

 

 

1) La communauté Ahbache est une secte égarée exclue de la communauté musulmane (la Communauté des partisans de la Sounnah) Aussi les Ahbache doivent- ils retourner à la vérité adoptée par les Compagnons et leurs successeurs immédiats, vérité qui englobe tous les chapitres de la religion, du credo à la pratique. Cela vaut mieux pour eux.

 

 

2) Il n’est pas permis d’adopter les avis émis par cette communauté parce qu’elle se permet, en matière religieuse, de fonder sa pratique sur des opinions rares, voire contraires aux textes du Coran et de la Sounnah. Ce qui permet de douter de la crédibilité de leur fatwa et de leur admissibilité par l’ensemble des musulmans.

 

 

3) Ne pas se fier à leurs propos concernant les hadith prophétiques, que ces propos portent sur la chaîne de transmission des hadith ou sur leurs sens.

 

 

4) Les Musulmans doivent partout se méfier et mettre les autres en garde contre cette communauté égarée, afin que l’on ne tombe pas dans ses filets, quels que soient le nom et le slogan sous lesquels ils sont tendus. Ils doivent prodiguer des conseils désintéressés aux gens trompés par la secte, en leur démontrant la fausseté de ses croyances et pensées.

 

 

En stipulant ce qui précède et en l’expliquant aux gens, la Commission demande à Allah le Transcendant, à l’aide de Ses plus beaux noms et de Ses plus beaux attributs, d’éviter aux Musulmans des troubles cachées et apparentes, de guider les égarés parmi eux, de retourner contre eux-mêmes les stratagèmes des rusés, de protéger les Musulmans contre leurs maux. Allah est omnipotent et mérite que l’on aspire Son exaucement. Puisse Allah bénir notre Prophète Muhammad, sa famille, ses compagnons et ceux qui les auront bien suivis.

 

 

 

Extrait des avis de la Commission Permanente, 12/32

 

 

Déclaration de la Commission Permanente pour les Recherches Académiques

et l’Ifta (consultation religieuse) en Arabie Saoudite

 

 

Avant-propos :

 

Voici un petit résumé concernant cette secte et quelques informations sur le fondateur et les déviations de cette communauté.

Vous pourrez ensuite lire la fatwa des Commission Permanente pour les Recherches Académiques et l’Ifta au sujet d'Abd Allah al-Habachi:

 

 

Leur origine :

 

Au cours du dernier quart du 14e siècle de l'Hégire, une secte fit son apparition sous la direction d'Abd Allah al-Habachi.

 

Il s'appelle 'Abdoullah Al-Harari, surnommé 'Abdoullah Al-Habachi:

 

C'est 'Abdoullah ibn Mouhammad A-Chaïbi Al Harari (de la ville de Harar en Ethiopie), il est né dans cette ville, membre d’une tribu arabe se nommant A-chaïbani (de la tribu de Bani Chaïbah).

 

Il y étudia la langue arabe ainsi que la jurisprudence (fiqh) ash-Shafi'i chez le Sheikh Sa'id ibn 'Abdir-rahman An-nouri le Sheikh Muhammad Younous.

 

Un peu plus tard, il quitta Harar pour aller à Joumah où il étudia chez Sheikh As-sharif et c'est de là que commença son égarement et sa déviation du droit chemin du fait qu'il prêta allégeance à la secte soufi Tijaniya.

 

Il se rendit ensuite à Dawy (région faisant partie d'Armou) où il étudia Sahih Al Boukhari et les sciences du Coran chez Al Haj Ahmad Al Kabir.

Après son temps passé chez Al Haj Ahmad, il alla vers un village près de Dawy où il rencontra le Sheikh Mufti As-siraj (élève de Youssouf An-nabahani auteur du livre "Chwahid al haq fil istighathati bi sayidil Khalq") qui lui enseigna le hadith.

De là, il s'enfonça encore plus dans l'égarement où cette fois-ci c'est autour de la secte soufi Ar-rifa'iya qu'il prêta allégeance.

 

Il quitta l'Ethiopie pour se rendre au Liban où il fut bien accueilli.

Mais ce, sans savoir qu'en réalité il s'était sauvé de son pays d'origine après avoir été la cause d'une grande discorde (la fitna de bilad Kouloub) à savoir: la fermetures d'écoles coraniques dans la ville de Harar en 1940 où il fit emprisonné vingt trois années durant le directeur de cette école Ibrahim Hassan dans une prison de Joury où il mourut.

 

Ses adeptes disent qu'il se rendit ai Liban en 1950, ce sans mentionner le fait qu'il fut la cause de grands troubles (FITNA) à l'encontre des associations musulmanes pour l'apprentissage du Coran.

 

 

En 1969, c'est en Syrie puis au Liban qu'il se rendit.

 

Avec l'aide qu'il porta au gouvernement de Hilassi lassi, beaucoup de prêcheurs et Sheikhs furent arrêtés et humiliés à tel point que nombre d'entre eux se sauvèrent en Égypte et en Arabie Saoudite. C'est pour cette raison que les gens de Harar le surnommèrent "Al-Fatane" (le grand semeur de troubles) ou "Sheikh Al fitna".

 

Depuis son arrivée au Liban, il œuvre dans la propagation de la haine, de la rancœur et des troubles comme il l'a fait dans son propre pays.

 

Tout ceci en enseignant sa mauvaise croyance ('Aquida) remplie de shirk (polythéisme) et ce en ventant des sectes égarées comme:

 

Al jahmiya dans les attributs d'Allah,

Al irja,

bouton Al jabr,

bouton Al batinita,

bouton Le soufisme,

bouton Le chiisme, l'insulte des sahabas (les compagnons qu'Allah les agrès), l'accusation à l'encontre de la mère des croyants (Aïcha qu'Allah l'agrée) comme quoi elle ne se serait pas soumise à l'ordre d'Allah et aussi les fatwas dangereuses et égarées.

 

 

Leur évolution - Où se trouve cette Secte égarée ? :

 

La secte possède des associations actives dans certains pays d'Europe, d'Amérique et en Australie et notamment en France :

 

Le plus grand nombre se trouve au Liban (c’est là où se trouve leur gourou). Là bas, ils possèdent de nombreuses écoles qui sont bien plus importantes que les écoles publiques et leurs cars de ramassage scolaire remplissent les villes, sans compter les salaires très avantageux qu’ils peuvent se permettre d’offrir à quiconque accepte de travailler avec eux. En plus, ils émettent une radio qui propage leurs idées qui invite à leur secte.

 

Les adeptes d’Al Habachi se propagent un peu partout sur le continent européen et sur le continent américain. D’ailleurs, ils sont là bas la cause de nombreux troubles et problèmes au Canada, en Australie, en suède et au Danemark, ainsi qu’au Liban entre autre à cause de la fatwa de leur cheikh concernant la qibla, lorsqu’il a demandé qu’on la déplace vers le Nord, ce qui correspond à l’opposé de la véritable qibla, en effet le Liban se trouvant au Nord de la Mecque donc pour les habitants de ce pays, celle-ci se trouve côté sud. Qu’Allah nous protège de leur égarement !

 

Sur Paris, leur centre se trouve à Marx Dormoy. Leurs dirigeants demandent aux nouveaux adeptes d’éviter toute discussion en dehors du centre et de ne se retrouver qu’entre adeptes. En effet cette stratégie comportementale vise à l’isolement et à l’ignorance.

 

Et voici la liste de leurs endroits à éviter :

 

Avignon 71, avenue de Monclar 84000 Avignon

Paris 2, rue Cavé 75 018 Paris

52, boulevard Ornano 75 018 Paris

3, rue Henri Barbusse 94 340 Joinville le pont

Narbonne 26, avenue de Toulouse 11 100 Narbonne

Nice 2 bis, rue Fédéré prolongée 06 300 Nice

Nîmes 56, galerie Richard Wagner 30 900 Nîmes

Marseille 138, rue de Crimée 13003 Marseille

Montpellier 24, rue Bernard Délicieux 34000 Montpellier

Rennes 18, rue du Docteur Francis Joly 35 000 Rennes

St Dizier 2, rue Hubert Fisbacq 52 100 St Dizier

St Etienne 21, rue Badouillère 42 000 St Etienne

Toulouse 33 bis, rue Vestrepain 31100 Toulouse

 

• Centre Ahl-Sounnah 17 rue Jean Robert 75018 Paris France

• Centre Ahl-Sounnah 2 rue Cavé 75018 Paris France

• Centre Ahl-Sounnah 51 bld Ornano 75018 Paris France

• Centre Ahl-Sounnah 157 rue du Faubourg poissonnière 75009 Paris France

• Centre Ahl-Sounnah 3 rue Henri Barbusse 94340 Joinville le Pont France

• Centre Ahl-Sounnah 2 bis Fodéré prolongée 06300 Nice France

• Centre Ahl-Sounnah Mosquée At-Tawbah 24 rue Bernard Délicieux 34000 Montpellier France

• Centre Ahl-Sounnah 2 rue Hubert fisbacq 52100 St-Dizier France

• Centre Ahl-Sounnah 21 rue Badouillère 42000 St-Etienne France

• Centre Ahl-Sounnah 18 rue du docteur Francis Joly 35000 Rennes France

• Centre Ahl-Sounnah 26 avenue de Toulouse 11100 Narbonne France

• Centre Ahl-Sounnah 56 galerie Richard Wagner 30900 NîmeFrance

• Centre Islamique de Lausanne 10 place de la gare 1003 Lausanne/Suisse

• The Association of Islamic Charitable Projects 4431 Walnut street Philadelphia 19104

• The Association of Islamic Charitable Projects 6691 Park avenue Montreal Canada

• The Association of Islamic Charitable Projects 1136 N.Brookhurst Street Anaheim CA

• The Association of Islamic Charitable Projects 5645 Hillcoast unit 103 Houston

• The Association of Islamic Charitable Projects Burj Abi Haydar Mosque Bayrouth

 

 

Parmi leurs déviations :

 

 

bouton Le Coran provient de Jibril et non d'Allah

 

Al Habachi prétend que le Coran provient de Jibril (عليه السلام) et non d'Allah. Donc pour lui le Coran n'est pas la parole d'Allah ainsi pour lui le Coran est crée comme cela est précisé dans son livre "idh-har al 'aqida as-sounniyah" p. 591.

 

bouton Les mécréants sont dans cette situation par l'aide d'Allah

 

Les Ahbaches sur la question du destin sont jabriyas égarés qui prétendent que c'est Allah qui aide le mécréant dans sa mécréance et que si ce n'était pas Allah, le mécréant ne pourrait mécroire (voir "an-nahj as-salim" p. 71).

 

 

bouton Les invocations des morts

 

Les Ahbaches encouragent les gens à se diriger vers les tombes, leur demander secours en dehors d'Allah, de répondre à leurs demandes car d'après leur prétention, les morts sortiraient de leurs tombes pour secourir ceux qui le demandent puis ils y retourneraient. De même, ils permettent la demande de protection à un autre qu'Allah et ils incitent à la recherche de bénédictions à l'intermédiaire des pierres (voir "ad-dalil al qawim" p.173 et "boughyatou at-talib" p.8 et "sarih al bayan" p. 57 et p. 62). Pour eux, il est aussi permis à quelqu'un de dire: "je demande protection au messager d'Allah contre l'Enfer".

 

 

bouton La mécréance de grands imams de l'Islam

 

Al Habachi rend mécréant beaucoup de savants comme Sheikh Ibn Taymiyya, de plus, il a rendu obligatoire parmi les premières obligations à connaître pour chaque musulman majeur d'être convaincu de sa mécréance.

Et c'est pour cela qu'il avertit avec vigueur contre ses écrits et ses livres.

L'Imam ad-Dhahabi est pour lui aussi très mauvais, ainsi que le Cheikh Ibn 'Abdel Wahhab contre qui il profère des accusations très graves, en effet, il le traite de "criminel" "assassin" et de "mécréant". Tout comme le Sheikh Nassiroud-dine Al Albani (qu'Allah leur fasse miséricorde) et bien d'autres encore… (Voir leur revue "manar al houda" n°3 p. 234 et d'autres ouvrages).

 

 

bouton Les soufis sont meilleurs que les prophètes :

 

 

Abou Yazid el Bostami prétend que le messager ignorait les sciences des hommes du tassawûf. Celui-ci prétend que ces derniers ont traversé une mer que les prophètes ainsi que notre prophète –que la paix et la bénédiction soient sur eux- se sont arrêtes à la côte.

 

Autres égarements :

 

bouton L'une de leurs fausses croyances consiste à nier la transcendance d'Allah par rapport à Sa créature.

 

Ils tiennent à l'égard de certains compagnons du Prophète (صلى الله عليه و سلم) des propos désobligeants. C'est ainsi qu'ils traitent Mu’awiya (رضي الله عنه) de dévoyé.

 

 

 

==> Importante déclaration de la Commission Permanente pour les Recherches Académiques et l’Ifta (consultation religieuse) d'Arabie Saoudite.

 

 

Fatawa de Sheikh Ibn Baz

 

Cheikh Ibn Baz (Qu'Allah Lui fasse une abondance de Miséricorde) a dit : " ...Certes la secte des habaches est un groupe égaré et son leader nommé 'Abdoullah al Habachi est connu pour sa déviation et son égarement. Il est donc obligatoire de couper tout lien avec eux, de rejeter leur fausse croyance, de mettre en garde contre eux, de s'abstenir de les écouter et de rejeter ce qu'ils disent..."

Fatwa n°1/2392 du 30/10/1406H (1986)

 

 

Qui sont les Ach'arites ?

Qui aujourd'hui taxe les sunnites d'être des "anthropomorphistes" ?

Réponse : les ach'arites, alias les jahmites contemporains !

L'Histoire se répète !

-

Al-Lâlakâ'i rapporté d'après 'Ali Ibn Al-Madini, le professeur de l'imam Al-Boukhâri, ce qui suit :

 

« Celui qui dit d'un tel qu'il est un anthropomorphiste, nous savons... qu'il est un jahmite, et ...celui qui dit d'un tel qu'il est jabrite, nous savons qu'il est qadarite, et celui qui dit d'un tel qu'il nasibite, nous savons qu'il est rafidhite »

 (Voir charh ousoûl i'tiqâd ahl as-sounna wa al-jamâ'a, n° 306, tahqîq : Ahmad Hamdân)

 

Jadis, les sunnites étaient taxé d'être des soit-disant "anthropomorphistes" par les jahmites ! Aujourd'hui, voila donc que nous, les sunnites, sommes également taxé d'être des soit-disant "anthropomorphistes" par les jahmites contemporains connus sous le nom de "ach'arites" !

 

Les Ach'arites (ou Ach3arites, ou Acharis , ou Ash3aris ou Achaarites, ou Asharis, ou Ashaarite, selon les transcriptions à partir de l'arabe) est une secte qui s'affilie à Abou Al-Hasan Al-Ach'ari. La secte ach'arite a hérité des croyances jahmite, mou'tazilite, koullabite mourjite, jabrite et de la philosophie  de l'Antiquité grecque et scolastique (kalâm). La secte Matouridite doit son nom à Abou Mansoûr Al-Mâtouridî. Ce dernier avait pratiquement la même croyance qu'Abou Al-Hasan Al-Ach'ari. Nous allons expliqué sommairement la croyance des ach'arites sachant que les détails et les réfutations scientifiques et décisives de leurs ambiguités et égarements se trouvent dans les fichiers en format PDF de ce présent site www.secte-ach3arite.fr .

 

La prétention des Ach'arites et des Matouridites et de ceux qui s'y apparentent, qu'ils sont des gens de la Sounna (ahl as-sounna) ou qu'ils font partie des gens de la Sounna est une tromperie, une confusion et une simulation

 

L'un d'entre eux à même dit que les gens de la Sounna sont ceux qui suivent Abou Al-Hasan Al-Ach'ari et Abou Mansour Al-Matouridi ! Il ne s'est pas rendu compte qu'ainsi il a fait sortir les trois premiers et meilleurs siècles d'Ahl As-Sounna puisqu'Abou Al-Hasan Al-Ach'ari et Abou Mansour Al-Mâtouridi ont vécu au quatrième siècle !!

 

Ces confusions viennent surtout du fait qu'ils ne connaissent pas réellement le véritable sens du concept du terme "ahl as-sounna wa al-jamâ'a" (les gens de la Sounna et du Consensus)

 

Le Ach'arisme est une secte fondée par Abou Al-Hasan Al-Ach'ari. Après avoir passé environ 40 années chez les mou'tazilites sous l'enseignement de son shaykh Abou 'Ali Al-Joubâ'î, il s'aperçoit de leurs égarements, se révolte contre leurs hérésies, réfute leurs propos puis fonde sa propre secte qui se situe à mi-chemin entre le Mou'tazilisme et le sunnisme (ahl as-sounna) et c'est cette secte que l'on connait aujourd'hui sous le nom de "al-achâ'ira" (en français : ach'arites).

 

Parmi les égarement des Ach'arites :

 

  • Ils renient des Attributs d'Allah en pratiquant le ta'wîl  (interprétation métaphorique) ou le tafwîdh (ce terme signifie ici le fait de remettre à Allah le sens de Ses Attributs et donc de prétendre que le sens des textes scripturaires est innaccesible). Ils rejoignent sur ce sujet les Jahmites et les Mou'tazilites. Il est à noter que les jahmites sont les premiers à avoir appliquer le ta'wîl. Les ach'arites des premiers temps ont utilisé le tafwidh car le ta'wil  des Attributs divins était pour eux trop suspect car cela revenait à parler d'Allah sans science. Les ach'arites considèrent que la règle générale à appliquer vis-à-vis des Attributs d'Allah est le tafwîdh et que le ta'wîl est une possibilité. Quoi qu'il en soit, ces deux concepts (à savoir le ta'wil et le tafwidh) ne sont pas conformes à la voie des Pieux prédécesseurs et des imams sunnites qui les ont suivi dans la droiture, mais c'est plutôt celle des hérétiques (moubtadi'a) et des zanâdiqa(impies, hypocrites, libres penseurs), négateurs (mou'attila) des Attributs divins. 

 

  • Ils affirment  que le Coran n'est pas réellement  la parole d'Allah tout comme ils affirment qu'Allah n'a pas parlé à Moise (de vive voix) et considèrent Allah comme étant muet, incapable de parler avec qui Il veut et quand Il le veut.  Le premier à avoir professé la croyance de la création du Coran est Al-Ja'd Ibn Dirham qui n'était autre que le professeur d'Al-Jahm Ibn Safwân. Ce dernier portera le flambeau de cette hérésie et la diffusera. Les mou'tazilites reprendront par la suite cette croyance en la  bifurquant, et il en sera de même pour les ach'arites et les matouridites notamment avec leur concept de "kalâm nafsî". Les jahmites, les mou'tazilites, les ach'arites et les matouridites sont tous unis pour dire : Allah n'a pas parlé à Moise et qu'Allah ne parlera pas à Jésus au jour du jugement ! Pour eux, Allah crée une voix mais ne parle pas de Sa propre voix ! Ils ont nié l'attribut de la voix (sawt) qui est pourtant affirmé dans la Sounna authentique et chez les Pieux prédécesseurs (salaf). D'ailleurs, si les mou'tazilites ont exécuté et torturé des sunnites (ahl as-sounna) à l'époque de la dynastie abbasside,  c'etait bien à cause du fait que ces derniers (les sunnites) affirmaient pour Allah l'attribut de la voix. Quand les mou'tazilites professaient et imposaient la doctrine dite du "Coran crée", ils sous entendaient par là qu'Allah n'a pas prononcé les paroles du Coran directement avec Sa propre voix. Les mou'tazilites n'ont jamais renié le fait que le Coran venait d'Allah mais considéraient seulement qu'Allah n'a pas prononcé les paroles citées dans le Coran de Lui-même avec une voix et des lettres  ! C'est pour cela qu'ils disaient que le "Coran est crée" ou bien que le "Coran est une création d'Allah". Indirectement, cela revient bien à dire que le Coran n'est pas réellement la Parole d'Allah !

 

  • Ils affirment que la définition de la Foi (al-imân) se limite exclusivement à la reconnaissance du coeur sans la présence des actes. Ils rejoignent sur ce sujet la secte des Mourjites. Les ach'arites sont véritablement de purs mourjites qui professent que la foi se restreint à la seule reconnaissance du coeur (at-tasdîq) et considèrent que nulle manifestation de la mécréance ne peut être effective sans une conviction du coeur ! Cette croyance hérétique est en contradiction avec celle énoncée et expliquée par les Pieux prédécesseurs (as-salaf as-sâlih) qui considèrent que la foi se traduit par des actes, une conviction du coeur et la parole, et que par suite, une mécréance peut aussi bien avoir lieu par une conviction du coeur que par un acte extérieur. Ainsi les ach'arites considèrent que l'ont peut être croyant et ne faisant aucun acte d'adoration (prère, jeûne, pèlerinage, etc). 

 

  • Ils affirment que l'homme n'a aucune volonté sur ses actes et qu'il est contraint de les accomplir, chose qu'ils affirment indirectement avec leur concept dit du "kasb".  Sur les questions liées au destin (al-qadar), ils rejoignent donc la secte des jabrites. Les jabrites et les qadarites sont deux sectes qui se sont égarées dans la compréhension du destin et ces deux derniers ont des positions sur ce sujet (le destin) qui sont radicalement opposées...la position des sunnites concernant la conception du destin est celle du juste milieu, entre le qadarisme et le jabrisme.

 

Ainsi que d'autres égarements, qu'Allah nous en préserve.

 

Ces quelques égarements cités  étaient ceux de Abou Hassan Al-Ach'ari et des premiers imams qui l'ont suivi dans sa croyance.

 

Mais quant aux soi-disant Acharites de notre époque, la trés grande majorité de ceux qui prétendent être Ach'arite  sont  plutôt jahmites, soufis hérétiques, adorateurs de tombes, commettent toutes sortes d'innovations comme la célébration de l'anniversaire du Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui), cherchent refuge auprés des saints, invoquent les morts, prennent des intermédiaire entre eux et Allah dans les invocations...et ces croyances là n'ont rien à voir celles des premiers Acharites bien qu'ils étaient eux aussi égarés. On distingue ainsi deux catégories d'ach'arite :

 

  • Les Ach'arites primitifs : ils ont hérité de la croyance des koullâbites (i.e. les suiveurs d'Ibn Koullâb). Les Ach'arites primitifs  sont considérés comme étant des hérétiques (moubtadi'a) mais ne sont pas mécréants (kouffâr). Leur excommunication (takfîr) hors de l'Islam ne peut être effective qu'après que la preuve de leurs égarements leur soit établi (iqâmatou al-houjja) par des gens de science (ahl al-'ilm). Et ceci du fait qu'ils ont mal interprété les textes et qu'ils ont des ambiguités (choubouhât) qui ne touchent pas directement la base de la Religion (asl ad-dîne). Les ach'arites des premières générations (ou primitifs, ou anciens) n'étaient pas autant égarés que ne le sont les ach'arites de nos jours qui eux sont des jahmites, mais alors vraiment des purs jahmites ! Le ach'arisme primitif était considéré comme le groupe le plus proche du sunnisme parmi les sectes s'affiliant à l'Islam. Ibn Fawrak, Abou Hamid Al-Ghazali, Al-Baqillâni ou encore Al-Jouwayni sont à titre d'exemple des ach'arites primitifs.

 

  • Les Ach'arites contemporains : ils sont pour la très grande majorité des associateurs mécréants (mouchrikîn kouffâr). En effet, ils ont adopté le culte des tombeaux ('ibâdâtou al-qoubour), la croyance jahmite [reniement des attributs divins informatifs et d'action, sifât khabariyya wa fi'liya, la profession du Coran crée via le concept du kalâm nafsî (la parole interne), la contrainte dans le destin, Allah n'a pas pris Abraham comme ami intime au sens réel du terme, Allah n'a pas parlé à Moise de vive voix, reniement de l'élévation d'Allah au dessus de Ses créatures, au dessus de Son Trône, etc]  et les hérésies du soufisme hétérodoxe et impie (unité existentielle, le monisme, le panthéisme, révélation mystique, l'incarnation, l'extase). Il est à noter également qu'ils ne se désavouent pas du taghoût. Or on ne peut être monothéiste (mouwahhid) sans le désaveu du taghout. Parmi les formes de taghout auquel il ne se désavoue pas, il y a entre autres la démocratie et les lois humaines (qawânîn) et ils ne voient nul grief à recourir au jugement des tribunaux séculiers ne jugeant pas avec les lois d'Allah. Ils ne voient aucun mal à voter pour des tawâghit (pluriel de taghoût). Ils sont également connus pour être des ennemis acharnés des   sunnites (ahl as-sounna wa al-jamâ'a) et taxent ces derniers avec des sobriquets injurieux comme "wahhabite" (wahâbi) ou en les calomniant d'être des "anthropomorphistes" (mouchabiha) comme le faisaient jadis les jahmites (al-jahmiyya). D'ailleurs notons que les jahmites sont les premiers dans l'Histoire de l'Islam à avoir taxé les sunnites d'être des anthropomorphistes. Ils prétendent suivre les quatre écoles (madhâ-hib) traditionnelles de jurisprudence (fiqh) mais la réalité est tout autre ! Leur fiqh se résume à  " tout est halâl " ! Leur réalité est claire  : ils permettent la musique, la danse, la mixité, ils se rasent la barbe, leurs femmes portent des hijâb fashion à la mode lolita...et après ils viennent vous prétendre soit-disant s'attacher à An-Nawâwi et Ibn Hâjar Al-'Asqalâni qu'ils aiment d'ailleurs tant citer...En bref, la sounna de ces ach'arites néo-jahmites se résument au port du jean de cow boy et du costard- cravate ! Le jour où vous verrez une ach'arite néo-jahmite en niqab à Carrefour, cela sera vraiment un scoop ! Et après ils viennent vous prétendre qu'ils sont des "ahl as-sounna" ! Le mot "crédibilité" ne doit apparemment pas faire partie de leur dictionnaire. Constatez par vous même l'état de ceux qui se disent "ach'arites" tout autour de vous. Font-ils revivre la sounna du prophète (salla llahou 'alayhi wa sallam) ? Vous les voyez plutôt appeler à l'intégration,  faire des concessions avec leur religion,  faire serment d'allégeance à la République, commettre de la mécréance en votant pour des tawâghit, appeler à l'union des religions, à l'union avec les chiites, et la liste est encore bien longue. Sa'id Ramdhân Al-Bouti, Ali Al-Jifri, Mouhammad Al-Ya'qoubi, 'Omar Ibn Hafidh sont à titre d'exemple des ach'arites contemporains. 

Un point important qu'il convient de savoir, comme beaucoup parmi les gens du kalâm (les adeptes de la philosophie scolastique, la théologie spéculative, la dialectique),  est qu'Abou Al-Hassan Al-Ach'ari s'est repenti et il a d'ailleurs écrit un dernier livre nommé "al-ibâna 'an-ousoûl ad-diyâna"dans lequel il déclare revenir à la croyance de l'imam Ahmad, c'est-à-dire celle des salaf (les premières générations de l'Islam). Quant aux Ach'arites d'aujourd'hui, ils n'acceptent pas ce livre et prétendent que ce livre n'est pas réelement de lui alors qu'il est clairement prouvé qu'Abou Al-Hasan Al-Ach'ari s'est repenti de la grande majorité de ses égarements (dont sa conception des Attributs divins, il est en effet revenu à la position des salaf sur ce sujet : les accepter et les affirmer dans leur sens apparent tout en remettant le comment à Allah).

 

Il faut savoir également que la croyance ach'arite s'est propagé par la force et le sectarisme, ce qui explique pourquoi un certain nombre d'anciens savants de l'islam ont été affecté et influencé par cette secte dans une moindre mesure.

 

 

 

Fatwa de chaykh 'abdal 'aziz ALLAH.jpg
ibn 'abdallah Ar raajhi :

" Est il vrai que les matouridiyah et les ach'ariyah font partie de Ahl ous sounnah wal jamaa'ah "

Fatwa : n°779
Date : 7 / 7 / 1424

الســـــؤال :

هل صحيح أن الماتريدية والأشاعرة من أهل السنة والجماعة ؟

الإجـــــابة :

لا، ليسوا من أهل السنة والجماعة طوائف مستقلة، الماتريدية والأشعرية والمعتزلة لكن أقرب الطوائف من أهل السنة هم الأشاعرة أثبتوا سبع صفات، وتأولوا بقية الصفات، وأهل السنة أثبتوها أثبتوا جميع الأسماء والصفات، والأشاعرة أثبتوا سبع صفات، وبعضهم نفى عشرين وبعضهم أربعين، والمعتزلة نفوا الصفات كلها، ولم يثبتوا إلا الأسماء.

والجهمية نفوا الأسماء والصفات، الجهمية كفرهم كثير من أهل العلم، بعض العلماء كفروا الجهمية بإطلاق ، بعضهم بدعهم وبعضهم كفروا الغلاة منهم، قد ذكر العلامة ابن القيم أنه كفر الجهمية خمسمائة عالم في قصيدته الكافية قال:

ولقـد تقلد كفرهم خمسون في عشر من العلماء في البلدان

خمسون في عشرة: خمسمائة.

واللالكائي الإمام قد حكاه عنهـم بل قد حكاه قبله الطبراني

Traduction :

Question :

« Est il vrai que les matouridiyah et les ach'ariyah font partie de Ahl ous sounnah wal djamaa'ah ? »

Réponse :

« Non ! Ils ne font pas partie de ahl ous sounnah wal djamaa'ah, les matouridiyah et les ach'ariyah et les mou'tazilla, ce sont des groupes différents. Mais, le groupe le plus proche de Ahl ous sounnah sont les acha'irah. Ils reconnaissent 7 attributs (d'Allah), et ils interprètent le reste des attributs. Et ahl ous sounnah les reconnaissent (ces 7 attributs) et reconnaissent l'ensemble des noms et attributs. Et les acha'irah reconnaissent 7 attributs, certains d'entre eux rejettent 20 attributs et d'autres 40. Les mou'tazilah rejettent tous les attributs, ils ne reconnaissent que les noms.

Quand aux djahmiyah, ils nient les attributs et les noms (d'Allah). Les djahmiyah ont été rendu mécréants par beaucoup de gens de science. Certains savants ont rendu les djahmiyah mécréant complétement, certains les ont déclaré innovateurs, et certains ont rendu mécréant ce qui ont exagéré parmi eux. Le savant Ibnoul Qayim a mentionné que 500 savants ont rendu mécréants la secte al-djahmiyah dans son poème Al-Kafiya (الكافية ) :
« Certes, ont soutenu leur koufr cinquante multiplié par dix savants dans le pays »

(Cheikh Ar-Radjihi : ) Cinquante multiplié par dix égal cinq cent

« Et Al-Lalayka’i , l‘imam, l’a cité d’eux, plutôt, At-Tabarani l’a cité avant lui. »

fin de citation

Lien : http://www.facebook.com/l.php?u=http%3A%2F%2Fwww.sh-rajhi.com%2Frajhi%2F%3Faction%3DFatawaHome&h=42563
http://www.sh-rajhi.com/rajhi/?actio...E%2CQBE&Off set=0