Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LES PREMICES DES RELATIONS INTIMES

Publié le par عيس ا بو ا نس

Les caresses

Dans un mariage exemplaire, il faut que le sexe soit harmonieux dans les actes et le consentement. Et afin que les époux jouissent de cette relation harmonieuse, les caresses et les attouchements sont un début important, car négliger ce point lèse la femme et éveille en elle des crispations de dégoût. En réalité, cela porte atteinte à son corps.

Les attouchements constituent un art enflammé de désirs et de jouissances, pas moindres que ceux du rapport intime. Cela excite l'impatience et le désir de la relation amoureuse, dont un mariage exemplaire ne peut être privé, et ce de manière adéquate et au moment opportun.

Le Prophète salalahu alihy wa salam dit :

« Toute chose qui ne fait pas partie du rappel d'Allah est futilité et jeu, si ce n'est quatre (choses) : l'homme qui caresse sa femme, l'homme qui dompte son cheval, l'homme qui marche entre deux buts * et l'homme qui apprend la natation ». [ C'est-à-dire l'homme qui s'entraîne à l'arc et allant là où sa flèche est parvenue... - Authentique. Rapporté par al-Nasâ'î (8938, 8939) selon Jâbir Ibn Abd Allah et Jâbir Ibn Umayr. Voir Sahîh al-Jâmi (4534).]

La préparation morale des époux est très importante dans la sexualité, et ce jusqu'à ce que les sentiments acceptent ces pulsions sans hésitation ni repoussement. De petites caresses et des mouvements simples pourront alors leur apporter jouissance. Il est obligatoire pour l'époux d'animer le désir de sa conjointe, de la séduire et de la captiver pour enflammer ses sentiments afin d'être finalement prête à faire l'amour. Il est très important de consacrer le temps adéquat aux caresses. De plus, il est préférable que l'homme retienne son éjaculation pour avoir plus de temps pour ces caresses. Lorsque l'homme sait comment attiser l'excitation de son épouse, il arrive, par la même occasion, à enflammer sa propre excitation, le poussant à un haut degré de jouissance.

Il n'y a pas de moyen précis pour exciter le désir sexuel de la femme. Cela varie d'une femme à l'autre, en fonction des différences morales et sentimentales de la personne. C'est pourquoi la femme doit se permettre d'orienter son mari, que ce soit avec la parole ou en posant sa main sur l'endroit qu'elle désire qu'il touche. En général, le cou, les épaules et la poitrine sont des endroits sensibles chez la femme, de même que les caresses douces et les baisers sur la partie supérieure de son corps. L'homme commet une erreur s'il ne recherche pas quel endroit est sensible ou non et comment procéder avec son épouse.

Le long baiser sur les lèvres en se serrant le corps l'un à l'autre, les regards exprimés, les respirations échangées, et les caresses faites sur les parties érectiles sont le premier acte utile, apaisant la femme moralement et sentimentalement, ce qui l'encourage au consentement et permet aux époux de satisfaire un sentiment profond.

Quand l'on questionna la mère des Croyants, Aïsha sur ce que faisait en premier lieu le Prophète salalahu ayhi wa salam en entrant chez lui. Elle répondit : « Le Siwâk ». Cela était sans doute pour nettoyer ses dents pour accueillir ou saluer ses épouses par de beaux baisers. Cela souligne l'importance de la bouche dans les caresses, car on peut sucer la lèvre ou goûter la salive de l'autre. Il est à noter qu'il est préférable que le mari fasse cela avant de sortir de chez lui et en rentrant, car cela a un effet considérable sur eux. Malheureusement, la plupart des maris aujourd'hui embrassent leur femme comme quiconque poserait ses lèvres sur un morceau de pain, un baiser froid et bref, sans aucune chaleur ni âme.

Il est totalement utile, pour renforcer l'union conjugale d'un point de vue sexuel, de passer le plus de temps avec la femme la nuit où ils décident d'avoir des rapports charnels. La femme a des sentiments tels qu'elle aime que son mari lui tienne compagnie avant de faire l'amour un long moment. Cela agit tel un sortilège sur sa personne et son coeur et lui donne une satisfaction morale pleine et entière.

Pour que cette union sexuelle soit naturelle, belle et satisfaisante, il faut que la femme joue aussi son rôle envers son mari en agissant à son tour de la sorte. Cela implique qu'elle ne doit pas rester passive. L'inertie de la femme détruit toute beauté et jouissance dans la relation sexuelle. Nous voulons aussi attirer l'attention sur le fait que les caresses et les attouchements sont tout aussi importants après la copulation qu'avant.

Ces caresses ont une grande importance dans la relation sexuelle, mais il est triste que cela soit négligé. Plusieurs époux ont l'habitude de s'éloigner directement après la copulation, dont la raison ne peut qu'être l'ignorance et la négligence. L'homme tourne son visage et s'endort, comme s'il avait porté quelque chose de lourd sur ses épaules, au moment où la femme sent que son désir sexuel diminue graduellement. Ainsi, l'homme se prive d'un moment sentimental des plus grands, comme il prive son épouse de jouissance, en participant à ce moment, de sa tendresse passionnée et de son besoin intense de caresses, de baisers et de paroles gentilles. C'est pourquoi l'homme doit continuer à donner jouissance à sa femme en la caressant après avoir apaisé son désir. Il suffit pour cela ne serait-ce qu'une parole d'amour, un baiser ou une caresse douce ou une étreinte.

Les femmes se plaindront aussi longtemps que les maris seront plus que davantage négligents en passant directement à l'acte sexuel. En vérité, la plupart des femmes ont grand besoin de diversité dans les jeux, les amusements et l'excitation charnelle avant d’atteindre un stade de jouissance suffisant, leur permettant de leur donner envie de copuler. La tendresse, la douceur, la gaieté et les mots d'amour ont tous une grande importance à cet instant. L'homme doit alors procéder de diverses manières pour exciter et animer le désir de son épouse, jusqu'à ce qu'elle atteigne un stade de préparation sexuelle complète.

Il ne fait aucun doute que la relation sexuelle soude le mariage comme les racines font tenir un arbre sur terre. Mais s'ils ne savent pas comment rendre heureux l'autre et le satisfaire pleinement, ils peuvent dire adieu à leur union. C'est pour cette raison que la relation sexuelle n'est pas la raison principale d'un mariage réussi, mais c'est leur isolement pour connaître un moment de jouissance réciproque qui peut en être la cause. Seul le corps apaise la faim du corps, le sentiment apaise le sentiment, la féminité apaise la virilité et la virilité la féminité. C'est une faim perpétuelle, avant l'acte, après et à tout moment, que seul calme l'union de l'un à l'autre.

Si les époux respectent ces points : embellissement, parfum et caresses, échange de paroles pleines de désir vis-à-vis de l'autre, d'amour et de besoin, ils auront dès lors tout fait pour contribuer à leur bonheur.



 Se déshabiller pour être nue :

Le fait de se débarrasser de tout vêtement et de se mettre tout nu avant l'acte sexuel est une chose demandée et voulue, dont il est mention dans le verset :



{ Elles sont un vêtement pour vous et vous êtes un vêtement pour elles }
[ Sourate 2 – Verset 187 ]

Ibn Jarîr al-Tabarî dit :

« Que chacun d'eux devienne pour son compagnon un vêtement pour leur nudité quand ils vont dormir et se regroupent sous un seul tissu, et l'adhésion du corps de chacun d'eux pour son compagnon est comparable au vêtement qu'il porte sur son corps. On a alors dit de chacun d'eux qu'il est « un vêtement » pour son compagnon ». [Tafsîr al-labarî, 168-169.]

On rapporte également du Prophète salalahu alai wa salam selon Atâ' :
« J'ai questionné Aïsha au sujet d'un homme qui regarde le sexe de son épouse. Et elle dit : « Je me lavais, moi et le Messager , à partir d'un seul récipient qu'il y avait entre moi et lui et en utilisant un gobelet appelé Faraq. Nous étions tous deux en état de souillure majeure et nos mains s'y entrelaçaient. Il me devançai d'où je dis : laisse (-le) pour moi, laisse (-le) pour moi » ». [ Rapporté par al-Bukhârî (250), Muslim et Abu "Awâna. Voir al-Fath (1/433-434) et « les bienséances du mariage » d'al-Albânî, chapitre 9, pages 34-37.]

L'érudit Ibn Hajar dit :

« On s'est basé sur le hadîth (cité ci-dessus) pour permettre à l'homme de voir le sexe de son épouse et le contraire. Et cela est appuyé par la question de Atâ adressée à Aïsha et c'est un texte en relation directe avec le sujet. D'ailleurs, al-Bukhârî a consacré à ce hadîth un chapitre intitulé « le lavage de l'homme avec son épouse ».

Ibn Urwa al-Hanbalî dit :

« II est permis à chacun des époux de regarder l'entièreté du corps de son compagnon et de le toucher, même le sexe, pour (l'argument que l'on peut tiré de) ce hadîth, car il est permis de jouir du sexe, donc il est permis de le regarder et de le toucher au même titre que le reste du corps ».

Muâwiya Ibn Hîda rapporte qu'il a dit :

« Ô Messager d'Allah ! Notre nudité, qu'en apportons-nous et qu'en laissons-nous ? ».
Et lui de dire : « Préserve ta nudité sauf de ton épouse [...] ». [Fiable. Rapporté par Abu Dâwûd (4017), al-Tirmidhî (2794), Ibn Mâjah (1920) et d'autres selon Bahz Ibn Hakîm d'après son père d'après son grand-père. Voir Sahih al-Jâmi (203).]


De plus, tout ce qui contredit ces textes sont faibles, inventés et réprouvés. Voir pour ce fait al-Silsila al-Daîfa (195) et « les bienséances du mariage » duquel certaines choses ont été puisées en résumé.

Quant au fait de se déshabiller, étant isolé, sans raison, comme pour se laver ou se rafraîchir et autre, cela est détestable. Et ce selon la fin du hadîth précédent :

« Préserve ta nudité... ».
Je dis : « Ô Messager d'Allah ! Si les gens se trouvent entre eux ? ».
« Si tu peux faire en sorte que personne ne la voit, qu'ils ne la voient guère », répondit-il.
« Ô Messager d'Allah ! si l'un de nous se retrouve seul ? », reprit-il.
« Allah a plus le droit que tu éprouves de la honte envers Lui qu'envers les gens », répliqua-t-il.

Et dit le poète :

Prends garde à consommer les rapports intimes dans les vêtements car cela relève sans doute de l'ignorance.
Au contraire, mon ami ! Tout ce qu’elle porte doit être enlevé.
Et de caresses et de jeux de l'amour comble-la pour ne pas l'effaroucher.
En embrassant, en caressant et en enlaçant...

Ainsi, le fait de se dépouiller de tout vêtement et la jouissance de chacun des époux en regardant son compagnon et le caresser, tout cela conduit à une préparation complète à une pratique de l'acte sexuel réussie et pleinement satisfaisante.

Chacun des époux, son corps, son âme et ses actes, sont un désir qu’Allah a fait aimer pour l’autre de façon innée. Nul grief ni honte donc pour les époux de se dévêtir et de se mettre tout nu l’un pour l’autre. Cela correspond à la nature innée tandis que le contraire s’y oppose.