Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le nationalisme arabe est un combat païen

Publié le par عيس ا بو ا نس

lafraternitlakum

Le nationalisme arabe est un combat païen

 

 

SHeikh Muhammad Ibn Sâlih al-’Uthaymîn (rahimahullâh)

 

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

 

L’éminent savant SHeikh Muhammad Ibn ‘Uthaymîn (rahimahullâh) a expliqué que le combat pour le nationalisme arabe est un combat comparable au combat de l’époque de l’ignorance (païenne). Celui qui s’y fait tuer n’est pas considéré comme un martyr. Il a gâché sa vie d’ici-bas et perdu la vie dernière, car il n’a pas combattu pour la cause d’Allâh.
 C’est pour cela que malgré la grande publicité sur le nationalisme arabe, nous n’en avons tiré aucun profit. Si nous combattons pour la patrie, il n’y a aucune différence entre nous et les non-musulmans, car eux aussi combattent pour la patrie.
 Celui qui combat dans le seul but de défendre sa patrie, et meurt ainsi, ne sera pas considéré comme un martyr. En résumé, il y a deux types de combat :
 le combat offensif et le combat défensif.
 Le combat offensif consiste à ce rendre chez l’ennemi et le combattre dans son pays.
 Ce combat n’est permis que sous des conditions extrêmement strictes. Il existe en effet une différence entre le combat défensif et le combat offensif.
 Ce dernier n’est légiféré que contre ceux pour qui le Législateur a autorisé de combattre. Alors que pour le premier cas, le musulman se doit de se défendre contre toute personne qui vient s’attaquer à lui. L’essentiel dans tout cela, est de corriger son intention. [1]
Celui qui fréquente les tenants du faux et les gens qui commettent des injustices et des agressions sera parmi eux lorsque le châtiment s’abattra sur eux, car quand le châtiment tombe, il réunit tout le monde, et chacun le Jour de la Résurrection, sera jugé selon son intention. [2]

Notes

[1] Charh Riyâdh as-Sâlihîn min Kallâm Sayd il-Moursalîn de SHeikh Ibn ‘Uthaymîn, p.26-27
[2] Charh Riyâdh as-Sâlihîn min Kallâm Sayd il-Moursalîn de SHeikh Ibn ‘Uthaymîn, p.15-16