Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le conseil de Sheikh Rabi' aux savant

Publié le par عيس ا بو ا نس

 


Le conseil de Cheikh Rabi’ aux savants


Voici un débat entre cheikh Rabî’ et cheikh Al-‘Outhaïmîn au sujet de la Salafiya, des Salafis et du jarh wa ta’dil





Question d’une personne dans la salle : il est rapporté de ibn Taymiyya : « rien dans la raison authentique et dans ce qui est clairement rapporté oblige à ne pas se conformé à la voie salafî ». Ou quelque chose dans ce sens. La question est : Qu’est ce que la voie Salafî et qu’elle est son rapport avec la Da’wa de mouhammad ibn ‘abdelwahhab ?




Réponse de cheikh Al-Outheimin :Je pense que l’expression exacte est : « ni la saine raison, ni les récits authentiques » car on dit de la raison qu’elle est saine et des récits qu’ils sont authentiques.


La raison saine signifie qu’elle est débarrassée des désirs et des ambiguïtés. En effet, ce qui corrompe la raison c’est ou bien les désirs, ou bien les ambiguïtés. Les ambiguïté empêchent son détenteur d’accéder à la vérité, tandis que les envies, celui qui en ait victime connaît la vérité mais fait le contraire de ce que Allah lui demande. C’est pour cela que le hadith dit : «Ô Allah fait nous voir la vérité en tant que vérité», ceci élimine les ambiguïtés, «et accorde nous de nous y conformer» ceci élimine les envies.


Quand a ce qui a été rapporté du cheikh de l’Islam ibn taymiyya qu’Allah lui accorde sa miséricorde : « ni la saine raison, ni les récits authentique ne contredise la voie Salafî », il veut signifier par « voie Salafî » la voie de nos pieux prédécesseurs parmi les compagnons et les suivants et ceux qui les ont suivis avec droiture. Il n’a pas voulu créer un groupe (Hizb) que l’on nommerai Salafî et qui dans certains actes contredirai la voie des prédécesseurs. La description faite par le cheikh de l’Islam est une description de la voie, de la voie Salafî. Nous trouvons aujourd’hui des gens qui se sont sectarisés : untel est Ikhwan, l’autre est Salafî et l’autre est Tablighî ect… Et tout ceci est une erreur. Et je crains qu’ils ne tombent sous le coup du verset : «Ceux qui émiettent leur religion et se divisent en sectes, de ceux-là tu n’es responsable en rien : leur sort ne dépend que d’Allah. Puis il les informera de ce qu’ils faisaient ». Il est obligatoire pour la communauté musulmane d’être unie en une seule communauté, sous une seule dénomination : « le partie (Hizb) d’Allah » qui est sur la religion d’Allah et la défend, qui explique la législation d’Allah. Il ne fait aucun doute que nous ne pouvons pas tous être d’accord sur tout. Le désaccord a toujours existé, même à l’époque du prophète -صلى الله عليه وسلم - entre les compagnons. Ce que je veux dire, c’est que tout le monde doit rechercher la vérité puis s’unir autour d’elle et asseyer d’éliminer les divergences autant que faire se peut. Le cheikh de l’Islam n’a pas voulu se détacher de son obligation d’apprendre la science et de l’appliquer, Il n’est pas permis de prendre ses paroles comme une exhortation à la dispersion des coeurs. Chacun d’entre nous doit supporter les erreurs de son frère tant que celles-ci ne touchent pas à la croyance et à la voie de nos prédécesseurs.




Le questionneur : Et au sujet de son rapport avec la Da’wa du cheikh mouhammad bni ‘abdelwahhab ?




Réponse : Le cheikh mouhammad bni ‘abdelwahhab qu’Allah lui fasse miséricorde n’est pas considéré comme un prédicateur innovateur. Au contraire c’est un prédicateur revificateur, sur la voie des savants qui l’on précédé. Et cela se voit dans ses ouvrages, que ce soit les ouvrages destinés aux savants ou à la masse des musulmans. Il n’a pas accompli, en réalité, de choses que personne n’a faites avant lui. Nous voyons dans beaucoup de ses réponses lié au Fiqh des similitudes avec les avis du cheikh de l’Islam ibn taymiyya qu’Allah lui fasse miséricorde. C’est donc un imam qui revifie la religion et non un imam innovateur.


[bruit d’un micro qui bouge]


Cheikh Rabî’ : Le prophète -صلى الله عليه وسلم - a dit que sa communauté se divisera en 73 sectes (groupe). Qu’elles iraient toute au feu sauf une. On lui demanda : « qu’elle est-elle ? », il répondit : «ceux qui sont sur ce sur quoi je suis moi et mes compagnons.». Et il dit : «il ne cessera d’y avoir un groupe de personne de ma communauté sur la vérité, qui dominerons, et ne seront en rien affecté par ceux qui les contredirons et ceux qui les abandonnerons jusqu’au jour du jugement». La communauté s’est donc divisée et il n’est pas possible qu’elle apparaisse tout entière au même niveau et que nous lui donnions un seul et même jugement. Il ne fait aucun doute qu’ils (les 72 groupes) sont tombés dans les innovations, tandis que ceux qui s’affilient à la voie des prédécesseurs, eux, s’éloignent des innovations. Par conséquent, nous ne pouvons pas dire qu’ils sont semblables aux Ikhwân qui ont accueillis en leur sein tous les groupes égarés. Et on ne peut pas non plus dire qu’ils sont semblables aux Tablighites qui sont composés de plusieurs confréries Soufis égarés. Comment peut-on les comparer aux salafî qui suivent le Livre d’Allah et la Sounnah de son messager dans la croyance et dans les lois. Il est donc obligatoire de décrire les Salafî en disant qu’ils sont différents des autres. En faisant cela on parachève le conseil des gens pour Allah et on les oriente vers la vérité. Si on met tous les groupes dans le même panier et qu’on ne fait pas la distinction entre ces groupes et ce groupe en faveur duquel les imams de l’Islam ont témoigné lorsqu’ils ont dit que le groupe sauvé c’est le groupe des gens du hadith. Et les Salafî évoluent dans le terrain des gens du hadith. Les Salafis – pour la plupart – font partie du groupe sauvé in chaa Allah qui se distingue des autres groupes par le fait qu’il suit le livre d’Allah et la Sounnah de son messager. Il n’est donc pas permis de les mettre au même niveau que les autres groupes. Par Allah ! Ceci est le conseil le plus complet qui soit envers les gens et c’est une orientation pour eux vers la vérité !
Lorsqu’un jeune entend : « il ne faut pas se diviser en Ikhwan, tabligh, salafî » il reste dans l’expectative (Il ne sait plus quoi faire). Nous ne devons pas les laisser dans cet état. Nous devons leur montrer le chemin de la vérité : « ceci est le chemin des Salafîs : le Coran et la Sounnah du prophète -صلى الله عليه وسلم - . C’est le chemin de la Sounnah du prophète -صلى الله عليه وسلم - . Les autres groupes sont loin de la Sounnah. Nous trouvons parmi eux des gens qui la combattent et combattent ceux qui suivent ce chemin. Nous devons donc prévenir les gens afin qu’il soit avertis. Qu’Allah nous récompense vous et nous.




Cheikh Al-‘Outheimine : la réponse à ce problème est que les groupes auxquelles j’ai fait allusion, je ne souhaite pas prendre leur partie. L’ensemble de la communauté doit être sur un seul chemin. Le chemin qu’Allah a légiféré à travers la langue du prophète -صلى الله عليه وسلم - . Elle ne doit pas se divisé en sectes portant chacun un nom et se combattant. Ils doivent tous être sur un même chemin. Le chemin de la guidé avec laquelle le prophète -صلى الله عليه وسلم - fut envoyé dans le domaine de la science, de son application, des relations humaines etc…C’est ça qui est obligatoire. Le sectarisme n’est pas bien, c’est au contraire un mal pour la communauté. Il ne fait aucun doute que ceux qui sont le plus proche de la vérité ce sont les gens du hadith car ils portent le drapeau du prophète -صلى الله عليه وسلم - avec lequel il fut envoyé. Seulement, les gens du hadith ce sont ceux qui rassemblent deux qualités : ils portent en eux les hadiths, et deuxièmement le fiqh, la compréhension du sens des hadiths, leur application et l’application des règles générales de la législation. Comme l’a dit le prophète -صلى الله عليه وسلم - : «il se peut que celui qui transmet soit plus avant que celui qui entend». J’invite donc les frères, qu’ils soient salafî, tablighî ou ikhwânî ou autres, à craindre Allah et qu’ils s’unissent dans la religion d’Allah qu’il a transmis par le biais de mouhammad et que leur premier et dernier imâm soit mouhammad. Je demande à Allah qu’il nous donne la science et qui nous guide vers la vérité et nous fasse mourir dessus.


J’invite ceux qui sont présent et ceux qui écoutent ces paroles à craindre Allah ‘azza wa jall, et de ne pas entrer dans ce qui ne les regarde pas, et de vérifier l’exactitude des paroles rapporté ou attribué à un individu. Et lorsque la parole rapportée est exacte, qu’elle provient d’un individu connu pour faire partie des gens de bien et que cette parole peut être comprise sous deux aspects, un bon et un mauvais, il faut choisir le bon. Et cela tant qu’on peut trouver une bonne interprétation de ses paroles, car c’est cela qui permet l’unité, la flatterie et le conseil. On rapporte souvent des paroles de la part de nous ou d’autres savants des paroles qui sont déformés au fur et à mesure que les gens ce les transmettent. A la fin ça devient une affaire qui détonne alors que si tu reviens à la parole originelle tu t’aperçois qu’elle n’a rien à voir avec ce qui est dit.

Et beaucoup de gens du commun des musulmans posent des questions et dessine la situation sous un jour qui n’est pas la réalité, et le savant, lui, il répond par rapport à la situation qui lui a été décrite. Il y a également l’inverse, la situation est bien décrite mais le questionneur a une compréhension déformé de la réponse du savant, ce qui conduit à l’erreur.


Je vous demande donc de vérifier ce que vous rapportez. Et ne vous précipitez pas, car vous savez que lorsqu’une parole sort de la bouche on ne peut plus la renvoyé. Par contre tant qu’elle est à l’intérieur de vous, vous la contrôlez.


Prendre son temps et vérifier les informations c’est cela le chemin du conseil.


Je demande à Allah la réussite dans ce qu’il aime et agrée.




Cheikh Rabi’ : Lorsque nous parlons sur l’un de ces groupes nous ne nous appuyons que sur leurs livres in chaa Allah et leurs idées sont publiques, on les retrouve dans leurs conférences et leurs ouvrages. Ceux qui critiquent ces idées s’appuient sur leurs livres. Celui qui rapporte une parole des Tabligh le fait en prenant pour référence leurs ouvrages, et celui qui rapporte les paroles des Ikhwan le fait à partir de leurs ouvrages. Donc, les Salafis sont ceux qui sont le plus rigoureux dans ce qu’ils rapportent. Les mensonges, les rumeurs, les calomnies et les déformations, que ce soit à l’encontre de ibn Taymiya ou de mouhammad ibn ‘Abdel wahhab ou ceux qui suivent leurs traces ne proviennent que des gens de l’innovation, Il ne fait aucun doute qu’on doit vérifier la véracité de leurs paroles. En effet, lorsque tu fais des recherches et que tu ne trouves rien c’est parce que la plupart du temps ce sont de pure mensonges. Lorsqu’ils rapportent une parole ils la déforment à leur guise. De tout temps et en tous lieux, et même à notre époque, les ouvrages des salafis qui répliquent aux gens de l’innovation – et la louange est à Allah – répliquent de manière scientifique en analysant le texte à la virgule près et en employant les arguments probants et les preuves jusqu’à ce que l’erreur soit clairement dévoilé. C’est cette méthode à laquelle ils s’accrochent. C’est celui-ci qui s’affilie au minhaj Salafis. Puis, on appelle à la rigueur dans le colportage des paroles, mais encore faudrait-il qu’ils soient touchés par la non rigueur ! Nous demandons à Allah la réussite.


Je vous dis tous cela car le cheikh vous a montré la bonne direction, mais il se pourrait que les choses soient floues pour ceux qui nous écoutent. Il était donc obligatoire que l’on blanchisse (que l’on défende) les gens qui sont sur la vérité. Et Al-Hamdoullillah nous attestons que les salafis, dans leur croyance, dans leurs adorations, et dans leur prédication (da’wa) sont sur la vérité qu’il est obligatoire d’adopter.


Lorsque nous disons que tel chose ou tel autre est obligatoire ce n’est que de la théorie. Allah les a rendus obligatoire sans aucun doute, et nous, nous y adhérons. Mais dans la pratique tu t’aperçois que les gens sont à mille lieux de mettre en oeuvre ses choses obligatoires, ils n’écoutent pas les injonctions d’Allah et les recommandations des savants.
Donc nous, nous appelons ces groupes à s’accrocher au livre d’Allah et à la Sounnah de son messager ‘alayhi salat wa salam.


ceux qui persistent à rester dans leur égarement, nous devons expliquer pourquoi ils sont dans l’égarement et l’erreur jusqu’à ce que les gens soient avertie, et celui qui écoute, voit et raisonne s’éloignera de ce mal et empruntera le chemin du bien. Ceci fait partie du conseil qu’il est obligatoire de donner Et de l’éclaircissement qu’il est obligatoire de faire.


Lorsque nous voyons une déviance des gens de l’innovation sur un point de croyance, d’adoration ou sur une règle quelconque il ne nous est pas permis de nous taire et d’accepter la chose.


Nous devons fendre le faux et dans le même temps orienter les gens vers la vérité qu’Allah a légiféré et ordonné d’adopter.


Les savants doivent donner une grande importance à cela.


Voyez les livres de cheikh Al-Islam ibn taymiyya qui remplissent les bibliothèques, ils ne sont qu’explication et éclaircissement de la vérité et destruction du faux. Nous espérons suivre le chemin de cet homme dans la lutte contre le mal et les innovations jusqu’à ce qu’Allah en fasse sortir ceux qu’il veut faire sortir, car en vérité chaque groupe pense être sur la vérité, beaucoup de gens suivent un groupe égaré pensant qu’ils sont sur la vérité, sur le chemin qui les conduira au paradis. Mais si tu leur explique les erreurs et les égarements sur lesquelles ils sont, et qu’ils désirent sincèrement la vérité, il ne fait alors aucun doute qu’ils reviendront sur le droit chemin, le chemin qu’Allah ta’ala agrée. Nous demandons à Allah la réussite, et nous lui demandons la réussite pour les savants, qu’ils accomplissent cette obligation jusqu’à ce que les gens répondent à leurs appelles.


Lorsqu’il y en a qu’un seul qui parle et que beaucoup de savants ne s’associent pas à lui dans ce travail, il est clair que l’éclat de la vérité sera amoindri et je crains que les savants ne portent la responsabilité de cette situation. Je donne donc ce conseil à nos chouyoukh et à nos savants : certes nos jeunes sont dans L’EXPECTATIVE ! Ils ne savent pas quoi faire, ils sont dans un LABYRINTHE !


Cette EXPECTATIVE et ce LABYNRINTHE ont même conduit certains jeunes salafis à rejoindre les rangs des gens de l’innovation !


Et cela parce qu’ils n’ont pas trouvé l’éclaircissement suffisant pour dévoiler les erreurs des gens de l’innovation et leur permettre de s’en éloigner. Et ils n’ont pas trouvé l’éclaircissement suffisant pour les amener à la vérité, au manhaj salafis. Beaucoup de jeunes salafis se sont perdu parce que nous n’avons pas su porter pour eux le drapeau de cheikh Al-Islam Ibn Taymiya et leur dire « La vérité se trouve ici », « ceci est la vérité et ceci est le faux » ! Nous devons donc rattraper ce qui nous a échappé et expliquer la vérité à nos jeunes. On trouve aujourd’hui des prédicateurs Salafis qui disent aux jeunes : « étudiez le tafsir de sayyid Qotb ‘Adhilâl’ et son livre ‘ma3arij attariq’ ». Ces livres appellent à la croyance des Khawârij, et au takfir de toute la communauté, puis on y trouve également les idées des jahmi, des mou’tazila et des chiites Rawafidh. Tout cela se trouve dans les livres de cet individu. Si on leur présente cet homme comme un imâm et un moujaddid les gens vont se précipiter sur ses livres et vont délaisser la voie (manhaj) salafi.


On ne peut donc pas faire autrement qu’expliquer la vérité ô musulmans ! On doit expliquer la différence entre le vrai et le faux. Allah soubhanahou a appelé ce Coran « Fourqâne » parce qu’il permet de distinguer le vrai du faux. Et mouhammad a divisé les gens ! Il faut donc que ses héritiers divisent également les gens, ceux qui sont sur la voie droite de ceux qui sont dans l’égarement !


C’est pour ça que nos jeunes se sont perdus ! Celui-ci est devenu Tabligh, celui-là Ikhwâni, et dans le même temps il délaisse la voie Salafis et le combat avec la langue. Pourquoi ? Parce que nous n’avons pas expliqué aux jeunes salafis qu’ils doivent s’accrocher à ce sur quoi ils sont avec leur dent car c’est la vérité et qu’ils doivent prendre garde aux choses qui se trouvent dans ces groupes là !


Ceci est une vérité que nous devons dire !


Et je demande à Allah qu’il nous donne à tous la réussite et qu’il nous montre la différence entre le vrai et le faux et entre les gens de la vérité et les innovateurs !


Autrement nos jeunes resterons dans l’expectative et dans le labyrinthe et deviendra le mouton qui suivra tout prêcheur !




Cheikh Al-Outheimin : je remercie notre frère cheikh Rabi’ pour le contenu de ses paroles, c’est-à-dire : premièrement, vérifier l’exactitude des accusations portées, puis dialoguer avec celui dont on rapporte les propos ou les idées, puis s’il persiste dans son égarement il doit alors être dévoilé afin que les gens ne soient pas trompés par cet individu. Ceci est une obligation.
Il y a donc trois étapes : vérification, dialogue, puis dévoilement.


Qu’Allah nous donne la réussite !


La Louange est à Allah, Seigneur des mondes, par qui les bienfaits s’accomplissent, et c’est à Lui que nous demandons l’aide.
Et que la prière et la paix d’Allah soient sur Son Messager, sa famille et tous ses compagnons, ainsi que sur ceux qui les ont bien suivis jusqu’au Jour du Jugement.