Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

al muwazanah

Publié le par عيس ا بو ا نس

Sheik ben Baz rahimullah a dit : " Quand on site l'erreur d'un innovateur, on ne cite pas ses qualités si non, on détruit la mise en garde"
>
> Sheik fawzan hafidallah a dit : " Si une personne de la sounna commet une erreur qui n'entre pas dans le dogme et les fondements de Hal sounna wa al jama'a, on cache son erreur et on mentionne son bien car il défend la sounna mais, si c'est une personne d'égarement qui défend l'innovation, il n'est pas permis de mentionner ces bonnes œuvres."
>
> Sheik Albani rahimullah fut interrogé sur la règle innovée "si on site les erreurs d'un innovateur, on doit citer ces qualités",

> Il répondit : " cela est l'innovation de notre époque."
>
> Cheikh el ‘Outheymine rahimullah : Il fut interrogé au sujet de certaines règles, l’une d’elles dit : « Nous corrigeons et ne critiquons pas ».
>
> Cheikh dit : « Cela est une erreur mais plutôt on critique celui qui s’oppose à la vérité ».
>
> Une autre règle dit : « Il est de la justice et de l’équité d’énoncer les bonnes et les mauvaises actions des gens critiqués ».
>
> Cheikh dit : « Non, cela est une erreur » Le Cheikh a dit : « Si on critique une personne on ne cite pas ses bonnes actions ».
>
> Cheikh fut également interrogé sur les propos suivants : « Celui qui suit les causes de la division des groupes verra que la plupart d’entre-elles sont dues au comportement, non à la foi et au Minhaj (voie) ».
>
> Cheikh répondit : « Cela n’est pas vrai mais ces causes sont dues à la foi et au Minhaj. Les Khawarij ont un Minhaj, les Chiites ont un Minhaj ».
>
> Cheikh Salih ibn fawzan : On lui demanda : « Que pensez-vous de ces règles ? Correspondent- elles aux fondements des gens de la Sounnah ? ».
>
> La première dit : « Nous corrigeons et ne critiquons pas ».
>
> Le Cheikh dit : « Cette règle n’a pas d’origine, il faut critiquer les gens du faux, il faut les critiquer ».
>
> Une autre dit : « Si tu juges, tu seras jugé ».
>
> La réponse du Cheikh : « Ceci est une innovation car il faut trancher sur les gens du faux ».
>
> Une autre dit : « Il est de justice et d’équité, le fait de citer les bonnes et les mauvaises actions », se justifiant du Hadith : « ...Il t’a dit la vérité et c’est un menteur.... ».
>
> La réponse de Cheikh : « On dit que cela aussi est vain, je dis que cette parole est vaine également. On cite les mauvaise actions des associateurs et on ne cite pas leur bonnes actions ».
>
> On demanda : « Pour les innovateurs également ? » Il répondit : « ... cela est de même ».
>
> Une question fut posé à Cheiykh Abdel 'Aziz Raji'i : " Que pensez vous de quelqu'un qui fait l'éloge des innovateurs et trouve qu'il y a plus de bénéfice à ne pas parler de leur innovation ? Il répondit : Il est comme eux, il fait partis de leur clan."
>
> Cheikh zayd madhali hafidallah a dit : "Celui qui vous dit de ne pas mettre en garde contre les gens de l'innovation, de l'égarement et de la passion, son propos est faux et il est rejeté contre lui. Allah a descendu le Coran pour montrer et appeler à la vérité et ceci pour l'appliquer et aussi pour contrer le faux. Car en dehors de la vérité il y a le faux et en dehors de la Sounnah il y a l'innovation."
>
> Ibn Rajab dit : « Ibn Abî Ad-Douniya a dit : Abû Sâlih Al-Marwazî nous a informés que Rafi' Ibn Ashras avait dit « Il était d'habitude de dire : « de la punition du menteur découle le fait que sa crédibilité soit rejetée » Et je dis que de la punition de l'innovateur pêcheur mauvais est que ses bonnes qualités ne soient pas cités ». ( Sharh 'Ilal-ut-Tirmidhî 1/50 )
>